T'as besoin d'un logement pour tes études ou ton travail ? Tu t'es fait virer de chez toi ? T'as juste envie de changer d'air et de te relaxer ? Kohime Pension °w° ! Dans le même genre que la Pension Hinata, on t'attend !
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Tant de chaleur et je suis encore en vie. [PV Kyoran Ashford.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar ✖  ~ Devoted Servant  ~  ✖
~ Devoted Servant ~ ✖

Messages : 85
Date d'inscription : 21/06/2010
Camp dans la Bataille : Yaoiste/Hétéro.

Carte de pensionnaires
Orientation Sexuelle : Bisexuel(le) - Filles et Garçons.
Pseudo Internet: Dissection.
Mes Relations :
MessageSujet: Tant de chaleur et je suis encore en vie. [PV Kyoran Ashford.]   Ven 9 Juil - 22:07


Chapter I ~ Pavés ou marbres, le réveil reste difficile.

► « Même si je dois attendre, je le ferai... »

Lui aussi me disait ça. Il n'a pas attendu pour autant.

~


► Vendredi. 20H45.

- Oh... Où ... Où suis-je ?

Ah oui. Il est là. C'est contre ces pavés qu'il se réveillait, alors... Hmph. Pas très confortable. Ses iris grandirent. Elles étaient totalement dilatées tel une addiction de stupéfiants. Mais où était-il bon Dieu ? Il ne pouvait apercevoir que des lumières, semblable à celle que les morts jadis de chair disait voir avant de grimper aux cieux. Mais était-il véritablement mort ? Il n'en savait encore rien. Richard avait juste cette sensation. Celle de chaleur, de souffle et de curiosité. Mais qu'était-ce ? Les lèvres entrouvertes, il semblait respirer. D'ailleurs, une large poche d'oxygène entra dans ses poumons, provoquant un flots de toussotements. Il pouvait sentit sa cage thoracique s'ouvrir comme une arcade que l'on déplie bougrement, comme... Comme une structure osseuse qui s'écrasait à cause du poids d'un objet lourd. Mais malgré toutes ces douleurs soudaines, il se sentait bien. Oui, il vivait bel et bien.

Deux petites lucioles vinrent chatouiller son nez. Mais il vacilla son visage afin de les faire partir. Elles revinrent mais dans son cou. Hors, nous savons tous que ce morceau d'anatomie est la partie la plus sensible de chez notre bon Richard. Ses joues s'empourprèrent d'un fluide sous-cutané, provoquant un sentiment de gêne chez lui. Ce fit ce souffle faible qui eut le déclic de le faire se redresser, observant alors les... insectes ?


Il ne s'agissait là pas d'insecte. Un quadrupède. Noir. Doux. Aux yeux scintillants.


► « ... Mais qu'est ce que tu fais là, toi.. ? »


Un chat. Doucement, les doigts de Richard s'avancèrent et le matou vint se blottir contre lui. A présent, au contact de son pelage tendre, il se souvint. Il était près de la fontaine. Son fessier était encore peu humide et ...

► « ... Mais ?! »

Ses doigts... ! Ils étaient rouges. Mais rouge de ... sang ? A présent, sa couverture de corbeau était tâchée et ce, par sa faute. Pauvre félin. Lorsque Richard s'assit, il remarqua une longue trace encrée dans sa peau, couvrant une bonne partie de son minois. Du sang avait coulé, et pas qu'un peu. De sa bouche, déjà. Car le goût métallique lui rapellait le fer contenue dans l'hémoglobine. Mais plus haut aussi. Oh Seigneur. Il craignait l'hémorragie, le crin, l'ouverture malheureuse, ... Richard avait saigné oui, de la bouche mais aussi du nez ! Mais depuis quand ? Et à cause de quoi ? Oh, sa poche est vide. Voir même déchiré ! Mais... Richard se leva.

Le chat s'enfuyant, Minou le laissait avec sa réflexion. Ça y est, la scène se décrivit devant ses yeux. Un homme, d'une vingtaine d'années, vint à sa rencontre. Il était plutôt joli et sous ses dires, l'ont pouvait croire à des avances ! Aussi peut-être est ce pour cela que lorsque Richard les refusa poliment, il avait sentit une paume l'étouffer. Le noir total. Le bougre avait dû prendre son portefeuille et s'enfuir mais par chance, seul une vingtaine de dollars s'y trouvait. C'est bien connu. Richard ne voyage jamais avec sa carte d'identité ou autre document précieux. Enfin si, mais pas ainsi. Pas pour un si simple voyage.

Aussi, son premier réflexe fut d'attraper son portable. Un seul nom figurait dans ses contacts. Il n'avait que quelques contacts. Dont un qui retenait son attention. Richard était certain, il débarquait avec une trousse de soin et une brouette de pansements ! Mais... Étrange que le bonhomme n'aie pas prit son portable. M'enfin. Il composa le numéro, appuyant sur le téléphone vert.


► Kyoran ? Oui, c'est moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Tant de chaleur et je suis encore en vie. [PV Kyoran Ashford.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Pension Kohime ❤ - Bienvenue !-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forumactif.com