T'as besoin d'un logement pour tes études ou ton travail ? Tu t'es fait virer de chez toi ? T'as juste envie de changer d'air et de te relaxer ? Kohime Pension °w° ! Dans le même genre que la Pension Hinata, on t'attend !
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les gâteaux de mon enfance [Elliott Blair]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar|| Fondants au chocolats Addict

Messages : 49
Date d'inscription : 03/07/2010
Camp dans la Bataille : Un peu tout 8D

Carte de pensionnaires
Orientation Sexuelle : Hétéro mais ...
Pseudo Internet:
Mes Relations :
MessageSujet: Les gâteaux de mon enfance [Elliott Blair]   Dim 11 Juil - 12:03

Quand on évoque la première partie de notre vie, on parle d'enfance. L'enfance, c'est un joli mot, ça rime avec insouciance. C'est suivi d'adolescence, qui rime avec décadence. Mais quand on y pense, ces mots riment tous avec vacances.


FLASHBACK


C'était l'été de mes 7 ans. J'habitais chez ma tante sur la côte landaise. La grande maison en pierre blanches rayonnait sous l'effet du soleil. Autour, il y avait la forêt et les pins qui se balançaient au gré des vents, les habitations, et puis, l'océan, à quelques centaines de mètres, qui rappelait la couleur azur du ciel. Chez nous, toutes les fenêtres étaient ouvertes, et de là, s'échappait une délicieuse odeur. Ma mère surveillait le four, les yeux grand ouverts, et quelques gouttes coulant sur son front. Elle sortit alors un énorme plat, protégeant ses mains avec des torchons. C'était un gâteau au chocolat, un fondant au chocolat pour être plus précise. Elle démoula le gâteau, coupa des part et posa le tout sur le rebord de la fenêtre. Il était quatre heures de l'après midi. Je jouais dans le jardin avec mes cousines, tentant de les attraper.

Au bout d'un moment, nous décidâmes de jouer à cache-cache. Une de mes cousines comptait. 1, 2, 3, 4, 5... Je commençais à courir pour aller me cacher, mais fut coupée dans mon élan à la vue du gâteau négligemment abandonné, seul. Sans hésiter, je pris plusieurs part et les mis dans les poches de mon short. Puis, je courus, je courus aussi loin que mes fines jambes me le permettait. Rapidement, j'arrivais en haut de la dune de sable, frontière entre la ville et la plage. J'avançais ainsi suivant la dune, parallèle à l'eau.

Soudain, je vis, comme une ombre au milieu du sable. En m'approchant, j'aperçus un jeune garçon sous un parasol, à peine plus âgé que moi. Son visage était fin et pâle. Ses cheveux étaient noir comme l'ébène et ses yeux d'un bleu profond comme les abysses de l'océan. Il avait un regard lointain et semblant perdu dans ses pensées.

Il ne devait pas être d'ici. Sûrement un touriste en vacances. J'avançais vers lui et lui demandai :

"Salut, je peux venir sous ton parasol s'teu'plaît ? Il fait très chaud et je vais prendre un coup de soleil si je reste là..."

FLASHBACK OFF


Aujourd'hui, on est en juillet. Il fait chaud et je ne peux m'empêcher de repenser à tout ça. Ce matin, j'ai courus au super marché. J'ai acheté plein de choses. Et maintenant, je suis dans la cuisine de la pension, au Japon, je m'apprête à faire un fondant au chocolat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar• Baka, serait peut-être temps
|| de demander un rang !

Messages : 111
Date d'inscription : 02/07/2010
Age : 24
Camp dans la Bataille : Pourquoi choisir ?! D'8

Carte de pensionnaires
Orientation Sexuelle : Homosexuel(le) Autoreverse.
Pseudo Internet:
Mes Relations :
MessageSujet: Re: Les gâteaux de mon enfance [Elliott Blair]   Lun 12 Juil - 21:50

Une odeur de chocolat... Et je n'aime pas le chocolat. Non pas que j'ai une haine spécial envers lui, mais plutôt que je n'aime pas particulièrement sont goût... Un peu trop sucré à mon humble avis. Et se fut pourtant l'odeur qui m'attira vers la cuisine de la pension. Je ne put reconnaître que cela étant donné que mon odorat n'était fort développé, et ne le seras sans doute jamais. Mais elle flotter dans l'air à des quantités impressionnante, me laissant ainsi deviner que... quelqu'un cuisiner quelque chose à base de chocolat, sans doute une pâtisserie en prenant compte de la quantité. D'ailleurs la plupart des pâtisseries sont sucrées et depuis ce jour là précisément je me rend compte que je ne les portent pas dans mon cœur.
• Début du flashback •

J'étais à ce moment là en France, plus précisément sur une côte du sud-ouest de celle-ci. Ma mère avait loué une maison près de la mer et profiter du soleil qui n'en finissait plus pour bronzer étendue sur le sable landais. Les mouettes décoraient le ciel et les bateaux s'étendaient sur l'océan, bref, une parfaite journée. Je n'avais que neuf ans, et un nouveau paysage que je voulais voir en intégralité s'offrait à moi. Pour mieux admirer les légères vagues animant la mer, je mis à la quête d'un endroit stratégique, surélevé par rapport aux autres, scrutant l'environnement qui m'entourait, je m'aperçût que la dune qui séparait la plage de la ville était exactement ce qu'il me fallait ! Je monta avec autant de rapidité que je pouvais la pente de l'amas de sable, pour finalement me laisser tomber brusquement sur celui-ci, me recevant quelques grains de sable dans les yeux au passage. L'air de la mer était tellement pur... rien à voir avec celui de la capitale anglaise. Reprenant difficilement mon rythme de respiration habituel, je me redressât afin d'observer l'étendu d'eau. J'avoue que j'ai toujours adoré les animaux marins, alors voir l'océan m'enchantait. J'aurais pu rester une heure à le regarder... et c'est ce que je fit en passant.

Ce ne fut que environ une heure après que je rendit compte de ma bêtise, rester une heure à rien faire, qui faisait encore ça ? Mais cela ne me dérangeait pas, ce qui me dérangeait, c'était que cela de dérangeait personne. Et oui, j'aurais du m'attendre à voir ma mère débarquer comme toute bonne mère, affolée et me criant dessus. Mais non. Elle semblait même partit, sans moi, voir même sans prendre compte de moi. Je savais que je n'étais pas sa priorité, mais à ce point ? Ma réflexion fut interrompu par une jeune fille rousse qui m'adressât la parole :

« Salut, je peux venir sous ton parasol s'teu'plaît ? Il fait très chaud et je vais prendre un coup de soleil si je reste là...
-... I don't speak French. »

• Fin du flashback •


Dernière édition par Elliott Blair le Lun 19 Juil - 23:26, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar|| Fondants au chocolats Addict

Messages : 49
Date d'inscription : 03/07/2010
Camp dans la Bataille : Un peu tout 8D

Carte de pensionnaires
Orientation Sexuelle : Hétéro mais ...
Pseudo Internet:
Mes Relations :
MessageSujet: Re: Les gâteaux de mon enfance [Elliott Blair]   Mar 13 Juil - 22:16

FLASHBACK


"I don't speak french"

Ces quelques mots, un enfant de mon âge ne devait pas les comprendre. Du moins, un français de mon âge ne les aurait pas compris. Mais j'étais née à Londres. J'avais passé ma petite enfance sous la pluie britannique et j'étais presque bilingue. C'est donc tout naturellement que je lui répondis, en anglais.

"Oh, I'm sorry. May I sit down next to you ?"

Nous étions restés là, silencieux pendant de longues minutes, fixant la mer. Il avait l'air pensif. Peu à peu, la nuit tombait. Nous n'avions pas bougé. Seulement nous avions mangé les fondants au chocolat, quelque peu écrasés certes, mais nous les avions mangé. Ils étaient bons, sucrés et doux. Il n'avait pas l'air d'aimer particulièrement le chocolat mais il n'avait pas l'air de le détester. Détester quelque chose de comestible, c'est assez embêtant. Oui, on devient difficile, et, au final, ça embête tout le monde.

Personnellement, il y a seulement trois choses que j'ai toujours détesté et ce, depuis ma plus tendre enfance... Ces choses, aussi saugrenues peuvent-elles paraître, sont les homards, oui les crustacés, ces choses immondes et visqueuses d'une couleur orangeâtre assez spéciale, poilues, munies de pinces et d'antennes, dont le goût est plus qu'écœurant ; le sirop pour la toux, le truc saveur fraise que nous file le docteur quand on a pas écouté maman et qu'on a pas voulu mettre la laine que Grand-mère a tricoté elle-même et que du coup, on a pris froid, et on a le droit à ce fameux sirop pour la toux ; et enfin, les trompetistes, un de mes cousins étaient trompettiste et pour plusieurs raisons, je me suis mise à le détester, puis avec le temps à détester tout ce qu'il faisait et aimait, et donc à détester les trompettistes...

Le soleil était en train de se coucher. La couleur du ciel avait changé, l'azur avait laissé place à un violet parme et à un oranger céleste.Il ne faisait plus terriblement chaud. Il faisait bon, et cela donnait un aspect magique à cette douce soirée qui commençait. Nous n'étions pas plus proches qu'au début de l'après-midi, nous n'avions pas beaucoup parlé. J'avais l'impression de le connaître depuis toujours et pourtant, j'ignorais tout de lui, y compris son nom. Je tournai la tête vers lui et lui demandai :

"I'm Angie and you?"

FLASHBACK OFF


Et c'est ainsi que nous nous sommes rencontrés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Les gâteaux de mon enfance [Elliott Blair]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Les gâteaux de mon enfance [Elliott Blair]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Pension Kohime ❤ - Bienvenue !-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit