T'as besoin d'un logement pour tes études ou ton travail ? Tu t'es fait virer de chez toi ? T'as juste envie de changer d'air et de te relaxer ? Kohime Pension °w° ! Dans le même genre que la Pension Hinata, on t'attend !
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Ascension du Mont "Tas de Fringues" [PV HALEY]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar「 Baka ♥ Baka ♥ Baka ~ ♫ 」
「 Baka ♥ Baka ♥ Baka ~ ♫ 」


Messages : 52
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 30
Camp dans la Bataille : Vote Blanc !

Carte de pensionnaires
Orientation Sexuelle : Bisexuel(le) - Filles et Garçons.
Pseudo Internet:
Mes Relations :
MessageSujet: Ascension du Mont "Tas de Fringues" [PV HALEY]   Sam 28 Jan - 14:28

Le 29 mai ( janvier ).

La première ascension de l'Everest.

C'est un grand jour ! Edmund Hillary, âgé de 33 ans et Tensing Norgay, sont aujourd'hui les premiers à planter leur drapeau sur le « Toit du monde » ! Un jour à écrire dans les livres, dans les manuels scolaires ! L'expédition atteignit le sommet après plusieurs jours dans le froid mortel dans la chaîne de l'Himalaya ! Nous avons nos héros, aujourd'hui est un grand jour !
Maintenant au pied de leur trophée, les deux alpinistes contemplèrent leur réussite, l'Everest . . . .



Yume devant la pile de linges sortie des cartons. Elle venait tout juste d'arriver à la pension, qu'après toute la petite paperasse qu'elle avait du rendre à la gérante, elle devait à présent s'occuper de l'opération « déballage de cartons ». Heureusement qu'elle n'était pas le genre de nana superficielle, qui compte dans sa garde robe de quoi rhabiller la population entière de l'Afrique. La majorité de son bagage était destinée à ses études et ses occupations personnelles, comme la peinture, le dessin, quelques travaux dont elle n'arrive pas à se détacher. Et puis il y a aussi ses nombreux CD de vieux groupes de rock, de punk et de musique expérimentales. La rouquine était du genre anti-technologie, le mp3 elle ne connaissait pas encore, elle s'était arrêtée au baladeur qui fait sauter le CD quand tu te mets à marcher. Ah, et dans tous ses sachets emballés, il y a aussi toutes ces choses qu'on garde de façon si sentimentale, une photo, une peluche, une canette qui date d'un concert mythique, un morceau de papier avec quelques mots doux dessus. Ouais, Yume était du genre à s'attacher ainsi à quelques futilités. Tout pouvait avoir son importance, c'était son mot.

Alors cette pile de linges donc, elle devait bien mesurer dans les cinquante centimètres, et après les jours passés dans un cube de papier, l'humidité leur avait apporté cette mauvaise odeur qui nous pousse soudainement à aller direct à la machine à laver. C'était la prochaine destination de la métisse alors ! Mais avant ça, il fallait trouver de quoi déplacer cette montagne. Oui parce que l'ancien récipient de carton, avait rendu l'âme. Un panier aurait été le bienvenue, mais rien en vu. N'étant jamais à court d'idée, l'étudiante tira une feuille et du tabac, et se mit doucement à rouler sa précieuse drogue, tout en réfléchissant à un stratagème pour mettre en mouvement ce bordel vers la buanderie, buanderie dont elle ne connaissait même pas encore l'emplacement. C'est Babylone pour être clair. Et en plus de ça, elle n'avait pas l'idée d'aller demander de l'aide, alors on réfléchit. Jusqu'au moment où nos yeux se posent avec insistance sur la solution, le drap de lit qui sortait miraculeusement d'un autre carton. Dans sa tête se dessinait le schéma, l'équation de son plan : foutre toutes les fringues dans ce drap, le refermer avec un nœud avec les quatre coins, former ainsi une grosse boule, et la porter comme possible en « ballot » dans le dos. Espérant qu'il n'y ait personne dans les couloirs qui mènent aux machines à laver pour se moquer d'elle.

Et c'était parti pour l'aventure, dans les couloirs il n'y avait personne, heureusement à cette heure seul le bruit des ronflements ou des lits qui grincent pouvaient l'interpeller. Pas un chat, même le sien avait décidé de renoncer et de se vautrer dans un des cartons pour passer la nuit. En effet Uhu, car tel était son nom de chaton, n'était pas vraiment dans la normalité féline, elle ne chassait pas la nuit, n'arrivait pas à se laver, et agissait bien trop souvent comme … Un chien.
C'était en tournant en rond que Yume prit l'initiative de descendre enfin, oui elle avait enfin compris que dans la généralité, les machines à laver étaient plutôt en bas, ou même au sous-sol. Alors dans les escaliers qui grinçaient, la rouquine se retrouva rapidement dans les longs couloirs plus larges du rez-de-chaussée. Les visitant par la même occasion, elle fouillait souvent les murs au fur et à mesure de son avancée, pour éclairer son chemin. Lisant attentivement les petits panneaux sur les portes, « salon », « cuisine », « buanderie » Ah enfin arrivée à bon port. Il était temps, au bout d'une demi-heure à tourner en rond dans les allées carrelées. En même temps, c'était pas malin de faire ce genre d'expédition le soir, il devait bien être 23heures.

La porte se laissa gentiment repousser, laissant les yeux de la nouvelle arrivante se poser sur tous les murs, sur les machines, sur la grande fenêtre dans le fond, sur l'interrupteur qui, une fois enclenché, donna à la pièce une dimension moins mystérieuse. Le ballot s'échoua au sol dans un long soupir de la part de la métisse, elle se massa l'épaule et s'avança dans l'allée des machines. Il en avait quatre sur les deux murs face à face. La pièce n'était pas bien grande, la porte était posée sur une grande vitre, de l'extérieur on pouvait voir l'intérieur. Les paniers étaient ici, bonne idée tiens. Mais le premier réflexe de l'étudiante fut d'aller ouvrir une fenêtre coulissante sur le dernier mur. Appréciant la petite brise qui pénétra dans la salle, elle aspira une bouffée pour se réveiller le corps ; puis laissant balader ses yeux pour en découvrir mieux les lieux, elle les posa lourdement dans un enfoncement de la pièce, où trônait là, quelques paquets de lessive, de toutes les couleurs et noms possibles.

Après un long moment accroupie devant toutes ces couleurs à se décider du meilleur produit pour son linge, elle se retrouva tout bêtement devant une machine. Sur le mur de gauche, la dernière près de la vitre, ça lui permettait de fumer tranquillement encore une roulée tout en faisant le tri dans les fringues. Elle fit un tas à sa gauche : les couleurs et le noir, et un autre à sa droite, le linge fragile, comme ses débardeurs, sous vêtements etc … Et dans la machine qu'elle venait de mettre en route avec de la lessive et un peu d'adoucissant, les fringues claires et blanche tournaient déjà dans le tambour. Le bruit résonna dans la petite pièce, répétitif, il agit sur le cerveau de la rouquine comme une mélodie qui berce. Un peu comme le bruit de l'aspirateur, du ventilateur, du moteur de la voiture. Assise au sol contre la vitre du fond, elle ramena ses doigts tenant la roulée, pour longuement tirer dessus, pensive, les yeux rivés sur l'horloge juste au dessus de la porte d'entrée.


- Ils auraient du foutre un poste de radio ici . . . . .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Immortelle Déesse du Yuri.


Messages : 81
Date d'inscription : 29/06/2010
Age : 25
Camp dans la Bataille : Yuriste

Carte de pensionnaires
Orientation Sexuelle : Homosexuel(le) à tendance Seme.
Pseudo Internet:
Mes Relations :
MessageSujet: Re: Ascension du Mont "Tas de Fringues" [PV HALEY]   Mer 8 Fév - 21:13

- Haley, motive-toi un peu pour le classique… Le prof va finir par vraiment t’niquer.

Assise par terre en grand écart, la dénommée Haley soupira. Elle rassembla ses jambes et se releva. Elle dévisagea un instant son amie qui tentait de la raisonner, tout en étirant sa jambe droite dans son dos. Elle passa ensuite à la gauche, avant de se pencher pour récupérer sa bouteille d’eau. Elle but quelques gorgées avant de lui répondre, son léger accent américain ressortant :

-Je déteste cette danse… Et le prof. Je ne sais pas lequel je hais le plus, mais ça s’vaut. J’me suis inscrite ici pour faire du Break, pas des arabesques.

Son amie soupira à son tour, exaspérée par la tête de mule qu’était Haley. Elle lui annonça qu’elle jetait l’éponge. La jeune blonde s’approcha d’elle et l’enlaça, déposant un baiser sur sa joue. Elle parvint à lui arracher un soupire et un léger sourire. La blonde la fixa droit dans les yeux, fière de l'effet provoqué. Amusée de voir son amie ainsi décontenancée, elle s’en détacha et alla récupérer sa veste qu’elle jeta sur son épaule.

-J'pense qu'on a bien avancé et que l’évaluation se présente bien. Tu vas voir, on va tous les scotcher.

La brune la toisa, un sourcil relevé. Elle la poussa, son index sur le front, l'air faussement sévère. Haley adorait cet air là. Elle savait bien que son amie était impuissante face à elle, n'arrivant jamais à vraiment sévir contre elle. Ce devait être un pouvoir, chez elle.

-Si t'arrêtes un peu de faire la con et que tu t'concentres en classique pour éviter de te faire clasher par le prof le jour de l'évaluation, ouais.

Elle lui tira la langue, et la repoussa gentiment. Haley laissa échapper un rire, la toisant de haut en bas pour la taquiner. Elle sautilla sur place un instant.

-Bon, j’vais prendre ma douche et je rentre m'assagir. On s’voit demain en cours ?

Elle se rapprocha et posa un nouveau baiser sur sa joue avant de s’éloigner en lui adressant un geste de la main. Elle attrapa la sangle de son sac pour se diriger vers les vestiaires du gymnase où elle pouvait enfin prendre une douche et se changer.
Une bonne vingtaine de minutes plus tard, elle ressortit, habillée d’un jean slim, d’une veste à capuche bleue et de ses habituelles chaussures de skate. Une cigarette entre les lèvres, elle quitta l’école de danse, marchant d’un pas pressé dans la rue. C’est qu’il ne faisait pas bien chaud, dehors à cette heure. Elle s’éloigna rapidement, passant par quelques « raccourcis » peu fréquentés car « mal fréquentés ». Elle ne craignait pas de passer par là. Car… Car c’était elle, et qu’elle n’avait peur d’à peu près personne. Ce genre de rues, c’était un peu chez elle.
Après un bon petit quart d’heure de marche, elle arriva enfin en vue de la pension, juste congelée. Elle accéléra, finissant le trajet en courant, soupira en sentant l’air chaud circulant à l’intérieur du bâtiment. Elle ne prit pas la peine de retirer sa capuche et fila directement vers sa chambre qu’elle ouvrit rapidement. A peine eut-elle fait deux pas à l’intérieur qu’elle se figea. Ce détail là, elle l’avait oublié : le linge déposé sur son lit, n’attendant qu’une chose : être lavé. Elle soupira et laissa tomber son sac sur le sol. Elle se dirigea vers son armoire, en sortant un grand sac de sport pour y enfouir son linge. Elle prit ensuite le temps de se rouler un joint et ressortit de sa chambre.
Elle se traina dans les couloirs, ayant une énorme flemme de faire ce qu’elle s’apprêtait à faire. Laver son linge, l’une des choses les plus ennuyeuses de ce bas monde. Surtout depuis l’invention de la machine à laver. Après quelques cinq petites minutes, elle se rappela avoir emmené avec elle quelque chose qui pourrait remédier à la longueur du temps. –Mémoire de poisson rouge, oui.- Elle alluma donc son joint dans le couloir, nullement gênée par la prohibition.
Elle finit par pousser la porte de la buanderie, son cône entre les lèvres, s’attendant à être seule. Ce qu’elle n’était pas. Elle s’arrêta dans l’encadrement de la porte, détaillant rapidement la jeune fille déjà présente dans la pièce.

-Hello.

Elle fit ensuite quelques pas à l’intérieur, fourrant son linge dans la machine, et y ajoutant ses propres produits. Elle referma la porte du lave-linge et se cala contre celle d’à côté, continuant de savourer son joint. Arrivée aux trois quarts, elle leva les yeux vers l’inconnue et tendit le joint, le désignant d’un geste du menton.


-Tu veux ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar「 Baka ♥ Baka ♥ Baka ~ ♫ 」
「 Baka ♥ Baka ♥ Baka ~ ♫ 」


Messages : 52
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 30
Camp dans la Bataille : Vote Blanc !

Carte de pensionnaires
Orientation Sexuelle : Bisexuel(le) - Filles et Garçons.
Pseudo Internet:
Mes Relations :
MessageSujet: Re: Ascension du Mont "Tas de Fringues" [PV HALEY]   Mar 14 Fév - 20:56

Comme une apparition, apparition plutôt bruyante même, une silhouette se dessina derrière la porte vitrée de la buanderie. Fine et élancée, même assise Yume devina que cette personne devait être bien plus grande qu'elle, du haut de ses un mètre 59 tout le monde la dépassait un peu en fait. Une de plus n'allait rien y changer, la rouquine était une frustrée. Fronçant les sourcils et plissant les paupières, elle essaya de distinguer d'autres traits de ce fantôme avant qu'il ne puisse avancer dans la pièce. De longs cheveux raides, une taille peu dessinée mais sculptée, et tout cela fut affirmer au moment où le corps de l'inconnue passa sous la lumière jaunâtre de la pièce. Une blonde. C'était une vraie blonde ou ? Parce qu'ici c'était plutôt rare d'en trouver, et vu sa taille et ses yeux clairs, elle ne devait pas être du pays. Ça changeait des petites japonaises à la chevelure noire.

Une odeur particulière l'a sortie un peu de ses songes sur la jolie étrangère, une odeur familière, une odeur d'une agréable plante verte aux effets sympathiques. Ça faisait longtemps que Yume n'y avait pas touché, elle en fumait rarement, et il faut dire c'était à cause du manque de tunes. Sauf qu'il y a quelques années, elle aurait favorisé de la verte à la place de la nourriture, et même d'un toit. Aujourd'hui, plus mature sûrement, ou juste plus logique, elle privilégiait son bien être à cette drogue. Mais même avec ça, rien que le fait de sentir cette lourde odeur chargée, lui donna envie de mendier une bouffée de celle-ci, tirer rien qu'une fois dessus, juste par souvenir non ?

Elle jalousait déjà cette nana, grande et détenant un joli joint au bout de ses fins doigts. Et puis, assise encore contre la vitre, elle balança négligemment un sourire à cette blonde, pour répondre à son « salut ». Elle ne s'était pas rendue compte de cet air blasé qu'elle avait laissé passer sur son visage. Puis durant plusieurs minutes, le silence et l'odeur de beuh emplissaient la pièce. Les yeux faisant l'aller-retour entre l'horloge et le corps retourné de l'inconnue, la rouquine sans trop de gêne s'amusait à faire l'ascenseur sur la silhouette de dos, souriant en se rendant compte qu'elle était finalement plutôt plus qu'attirante.

Lorsqu'elle se posa, la métisse dut se lever pour arrêter la sonnerie stridente de sa machine. Elle lui indiqua la fin du programme. C'est en ouvrant le couvercle et en plongeant ses bras dans la gueule de la bête de métal, que Yume tira son linge mouillé de là, le plaçant dans un panier, et refoutant l'autre partie de ses fringues à l'intérieur. C'était reparti pour une deuxième machine. Et alors qu'elle finissait d'enfoncer la dernière poignée de vêtements blancs, l'odeur de la verte se rapprocha, et une voix lui titilla l'oreille. Une voix féminine, légèrement cassée, fluide et assurée, qu'est ce qu'elle aimait les voix cassée Yume !

« Tu veux ? » … Tu veux ou tu veux pas ? Tu veux c'est bien, si tu veux pas, tant pis ! Si tu veux pas j'en ferais pas une maladie !
Il y avait comme un halo lumineux autour du bout fumant de cette roulée, quelque chose de magique. Son regard joua au ping pong entre le dur visage de la blonde, et le joint. La blonde, le joint, la blonde, le joint, la blonde … Le joint. Elle le prit délicatement entre ses doigts, toute intéressée par ce précieux, mais au contact des doigts de la propriétaire, son intérêt changea.



- Merci … J'dois dire que ça me faisait envie depuis que t'es entrée dans la pièce …



Avec un petit sourire tellement innocent, qu'elle ne s'était pas rendue compte du double sens de sa phrase. Elle tourna le dos à sa machine qui vibrait, et tira sur le filtre fait maison. Fermant un instant les paupières, elle appréciait la fumée qui circulait dans sa gorge. Et comme ça faisait un moment qu'elle n'avait pas eu le plaisir d'y goûter, l'effet monta vite à la tête à la troisième bouffée.


- Mh … Je savais pas qu'on-qu'on avait le droit de fumer à l'intérieur de la pension ? - Puis en y réfléchissant bien, et après avoir passé un moment à détailler cette inconnue- Mais jpense pas que t'es du genre à te soucier de ce qui est autorisé ou pas …

La verte s'étant entièrement évaporée dans la pièce et dans leurs poumons, Yume alla à la fenêtre vitrée, se mettant sur la pointe des pieds légèrement collée contre la grande vitre, pour pouvoir atteindre l'ouverture qui aérait la buanderie. Jetant le mégot à l'extérieur, effaçant les preuves de leur bêtise. Mais vive la position, ça lui rappela qu'elle n'était pas bien grande.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Immortelle Déesse du Yuri.


Messages : 81
Date d'inscription : 29/06/2010
Age : 25
Camp dans la Bataille : Yuriste

Carte de pensionnaires
Orientation Sexuelle : Homosexuel(le) à tendance Seme.
Pseudo Internet:
Mes Relations :
MessageSujet: Re: Ascension du Mont "Tas de Fringues" [PV HALEY]   Ven 16 Mar - 12:17


- Merci … J'dois dire que ça me faisait envie depuis que t'es entrée dans la pièce …

Haley esquissa un sourire. Comment en apprendre pas mal sur une personne : lui proposer de fumer un joint. C'était certes un peu étrange, mais cela permettait de placer la personne dans un certains "type", réduisant ainsi l'éventail de possibilité concernant le caractère de la jeune femme. Les niaises un peu cul cul la praline et over timides -qu'Haley ne supportait absolument pas- étaient de ce fait écarter. Elles fument rarement de joints, et encore moins dans les lieux où ces derniers son interdits. Le sourire d'Haley se fit plus franc, laissant un peu tomber le masque d'arrogance et de mépris qu'elle affichait bien trop souvent. Elle jeta un oeil à sa machine. Elle ne tournait que depuis deux minutes, et pourtant, la blonde avait comme l'impression que ce temps avait été une éternité. Elle s'étira les bras, lâchant un soupire fainéant.

- Mh … Je savais pas qu'on-qu'on avait le droit de fumer à l'intérieur de la pension ?

Haley leva les yeux vers elle, la toisant, un sourcil légèrement relevé par rapport à son semblable. Elle leva une main, lui désignant silencieusement l'écriteau "Interdiction de fumer" accroché sur la porte. Elle ne dit rien, se contentant de la fixer avec le joint entre les lèvres. Elle en profita pour la dévisager un peu, son regard bleu froid se posant tour à tour sur chaque détail de son visage.

-Mais jpense pas que t'es du genre à te soucier de ce qui est autorisé ou pas …

-C'est juste.

Toujours aussi bavarde. Mais en progrès. L'ombre d'un sourire en coin flotta un instant sur ses lèvres alors qu'elle basculait la tête en arrière, appuyant l'arrière de son crâne contre la machine éteinte dans son dos. Elle rouvrit les yeux, un par un, et observa la jeune femme qui jetait le mégot par la fenêtre. Pas bien grande. Elle fit légèrement la moue, son regard déviant un peu plus bas que son buste. Bon d'accord. Beaucoup plus bas. Comme on dit : "On touche avec les yeux.". Haley soupira en passant ses bras derrière sa tête, croisant les jambes. Elle resta ainsi immobile, à fixer l'inconnue aux cheveux rouges.
Ses jambes tiraient. Passer la journée à danser n'était pas de tout repos, et même si c'était sa passion, ce n'était pas toujours très agréable. Ses chevilles brûlaient à mesure que les courbatures s'installaient peu à peu dans tous les muscles de son corps. C'est demain qu'elle allait bien rire... Fuckin' Classic.

-Tu viens d'où ? J't'ai encore jamais vue dans les environs.


Quel effort. Ouvrir la bouche pour adresser la parole à une inconnue. Bravo Halou.
La Skateuse finit par décroiser les bras pour fouiller dans sa poche à la recherche de son téléphone. Elle lu un message et y répondit brièvement. Elle posa son portable sur son sac de sport vide et fit craquer ses doigts. Elle referma les yeux, savourant la douce vague d'étourdissement que lui offrait la drogue inspirée. Et pour une fois qu'on ne lui tapait pas dessus parce qu'elle fumait ou avait fumé... La paix. Elle esquissa un sourire en pensant à la personne qui avait pour coutume de la malmener lorsqu'elle se droguait. Car oui, ça la faisait bien rire avec un peu de recul.

-Qu'est-ce que c'est chiant ce bruit de machine...

Elle soupira et se leva pour aller rouvrir la fenêtre, se hissant ensuite sur le rebord avec souplesse. L'air frais lui caressa la nuque, lui arracha un imperceptible frisson. Elle posa son regard sur la rouquine, continuant de détailler son corps sans éprouver la moindre gêne.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar「 Baka ♥ Baka ♥ Baka ~ ♫ 」
「 Baka ♥ Baka ♥ Baka ~ ♫ 」


Messages : 52
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 30
Camp dans la Bataille : Vote Blanc !

Carte de pensionnaires
Orientation Sexuelle : Bisexuel(le) - Filles et Garçons.
Pseudo Internet:
Mes Relations :
MessageSujet: Re: Ascension du Mont "Tas de Fringues" [PV HALEY]   Lun 19 Mar - 19:49

« Interdiction de Fumer » , c'était le panneau que lui avait désigné la jeune femme, un symbole avec un dessin de cigarette rouge, écrasée par une barre diagonale dans un cercle de la même couleur. Alors comme une rebelle, Yume effaca les preuves, laissant le mégot encore fumant voler dans les airs jusqu'à s'écraser au sol. Elle soupira et resta face à la vitre un court instant, comme pour rendre un dernier hommage à ce cône décédé, puis elle tira sur son long débardeur qui était remonté sur ses hanches quand elle avait essayé avec autant de conviction d'un papa pingouin dans la savane, d'atteindre le haut de la fenêtre.

« Tu viens d'où ? J't'ai encore jamais vue dans les environs. » Un peu mon neveu, c'est qu'elle était toute nouvelle la petite rouquine ! Elle tourna la tête vers l'émettrice de la question, quelques mèches rouges lui balayant rapidement le visage, la question était bien trop vaste pour y répondre en de simples et courts mots. Mais il le fallait bien, elle n'allait pas ainsi déballer sa vie, ces 23 ans passés à marquer le sol de ses pas. Obligée de synthétiser, elle soupira une banalité, glissant ses mèches rouges derrière son oreille.


- Je suis tout juste nouvelle ici, c'est normal que tu m'aies encore jamais vue, jsuis tellement discrète …


On devine le fin sourire qui se dessina sur les lèvres de Yume, chercher à faire connaissance était une de ses idées. Pourquoi pas ? Elle était mignonne cette blonde, d'ailleurs elle profita de son absence téléphonique pour l'observer un peu plus. Les traits sévères de son visage, les sourcils légèrement froncés, des cils maquillés de noir, de fins et longs doigts, une taille peu marquée mais sculptée. Et à en reconnaître le sac, l'étudiante pouvait être sûre d'avoir affaire à une sportive. Pas comme elle qui déteste le simple fait de monter les escaliers.

Revenant à sa machine, l'étudiante évita les regards plutôt étranges de sa colocataire de buanderie. Pas qu'elle lui faisait peur, cette blonde semblait juste perturbante, dans sa façon sans gêne d'observer les gens, ça agissait de manière oppressante chez la rouquine qui laissa son regard tourner en rond dans la pièce des machines, se confronter à des yeux aussi clairs n'était pas une bonne idée. Elle fit mine de vérifier les boutons de sa machine, espérant qu'elle n'aurait pas à briser le silence, miracle : « Qu'est-ce que c'est chiant ce bruit de machine... ». C'était typiquement le genre de phrase qui ne demandait pas de réponse, du moins pas obligatoirement. Des mots que l'on peut facilement prononcer même seul. Mais ca pouvait être un bon début de conversation, les machines à laver !

- Nan moi j'aime bien … C'est comme le bruit de l'aspirateur ou d'un ventilateur !

Non, Yume n'était pas bizarre ! L'auteur aussi trouve ses bruits apaisants ! Petite, quand elle ne voulait pas s'endormir, les éducatrices devaient allumer l'aspirateur près de son lit jusqu'à ce qu'elle s'endorme, plus tard elle laissait le ventilateur électrique allumer jusqu'en novembre rien que pour le son qu'il faisait. Heureusement que toutes les charges étaient comprises !

Jetant enfin un regard en direction de la blonde, qui s'était installée sur le rebord de la fenêtre aussi facilement d'un singe sur une branche, Yume voulait voir la réaction qu'elle avait eu face à la phrase, à la réponse qu'elle venait de lui donner. Juste pour voir si cette nana la prendrait aussi pour une folle. Tout en remettant ses poches de jean à leur place, elle
calla ses fesses contre une machine en panne, à en croire l'écriteau dessus. Elle ne s'était pas rendue compte de la flaque d'eau à ses pieds, bien appuyées contre le robot ménager. Prenant l'air détendu qu'elle n'avait pas d'ordinaire, elle croisa les bras contre sa poitrine, le gôut de l'herbe fumée sur le palais, un petit effet dans sa tête qui l'empêcher de se concentrer totalement sur ses faits, gestes, et paroles.

- Dis comme j'suis nouvelle ici, j'aurais besoin d'un guide, surtout en ce qui concerne les bars et les bons coins dans les alentours.


Petit sourire. Les pieds qui glissent lentement sur la flaque. La chute qui ne peut se rattraper. Le cul qui claque au sol. Un gémissement. La honte !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Ascension du Mont "Tas de Fringues" [PV HALEY]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Ascension du Mont "Tas de Fringues" [PV HALEY]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Pension Kohime ❤ - Bienvenue !-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit