T'as besoin d'un logement pour tes études ou ton travail ? Tu t'es fait virer de chez toi ? T'as juste envie de changer d'air et de te relaxer ? Kohime Pension °w° ! Dans le même genre que la Pension Hinata, on t'attend !
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 What is essential is invisible to the eye ▬ UC.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar &&. News' Crazy
||Bienvenue à Kohime

Messages : 14
Date d'inscription : 18/03/2012
Camp dans la Bataille : Yuriste ?
MessageSujet: What is essential is invisible to the eye ▬ UC.   Dim 18 Mar - 21:38

    ••• Dossier d'inscription
    ••• à la Pension Kohime

    © Unknow
      • Nom : Todoke
      • Prénoms : Sakine Hare.
      • Âge & Date de Naissance : 18 ans née le 6 Juin.
      • Nationalité : Japonaise.
      • Orientation sexuelle : Indéfinis.
      • Profession : Etudiante.

• Raisons pour lesquelles vous venez habiter à la pension : Mes parents me prennent pour un objet. Je les quitte pour me forger une personnalité et un caractère plus fort. Je les quitte pour pouvoir grandir. Je les quitte pour pouvoir guérir. Une pension est le seul lieu ou je pourrais rencontrer des personnes facilement et continuer mes études en même temps. Cela pourrait m'aider à améliorer mon coté asociale.

• Description Physique :



Ce que j'aime porter. Mais vous comprendrez qu'il y a des jours ou on n'aime plus du tout s'habiller en fille surtout quand on sait que cela ne nous vas pas,les robes et les talons haut c'est occasionnel que j'en porte. Je n'ai pas la poitrine qu'il faut pour me balader en robe la plupart du temps.D'habitude c'est pantalon, jean, slim, droit, short, chemise à carreaux ou à rayures, sweet avec ou sans capuche, veste en cuire. Plusieurs accessoires aussi. Chapeau, béret, écharpe. Sinon niveau chaussures. Han les talons haut c'est a éviter les ballerines aussi. Ce n'est pas pratique. Converse pour la plupart du temps, bottes quand il pleut. Ca dépend toujours des jours de la saison et surtout de mon humeur. Quant aux couleurs je les accorde comme je peux. Mais la plupart du temps ce sont des couleurs neutre que je porte. Elles n'attirent pas l'attention.

Comment je me vois. A priori lorsque je m'arrête devant un miroir, je ne prends pas trop de temps. Je ne fais que me regarder vaguement, je sais que je n'ai rien d'exceptionnel ou d'unique. Je suis petite de taille et maigrichonne, j'ai un teins blanchâtre qui me fait gagner le le titre de zombie déprimée. J'ai cet air déprimé presque tout le temps je l'avoue. Mais cela ne veut pas dire que je le suis. Une fois un ami m'a demandé si je pleurais. Je réponds que non, mais avec son air de philosophe, il insiste en disant que je pleure à l'intérieur. Je souris beaucoup, je ne suis pas tout le temps joyeuse et non je ne fais pas de charme. Malheur à celui ou celle qui pense que si je lui souris ça veut dire que je l'aime bien. J'aime bien observer les expressions des autres et j'apprends a retenir celle qu'ils répètent souvent. Pour ma part. Je grimace beaucoup, je plisse les yeux, je gonfle les joues. Ah la pire je rougie. Je me trouve simplette, une tête normal, bien que légèrement réservée. Mais pas vraiment. J'ai de long cils, je trouve ça jolie, c'est plus amusant de faire l'effet papillon devant un miroir après. Par contre mes cheveux eux sont cours, je les ai coupé y a pas trop longtemps. Toute seule. Avec un ciseau vous voyez ? Comme ça. Je les ai teins aussi. A la base je suis japonaise, j'ai les cheveux noir, sombre, flou. Mais aujourd'hui ils sont divisé en deux parties égale, devant ils sont blond, claire, or. Et derrière ils gardent ma couleur naturel. J'ai quelques piercings à l'oreille. Et un tatouage au poignet, représentant une aile, mon ex avait le même avec l'aile qui complétait la mienne. Bien je l'avoue c'était sérieux entre nous mais c'est finis.


• Description Morale :

Complexée ▬ Persévérante.Je ne suis pas complexée par ma taille. Ni mon physique. J'ai un complexe d'infériorité. Exemple. Tu rencontres un mec sur internet. Vous vous plaisez et puis vous décidez enfin de vous voir. Vous vous croisez à peine le regard qu'il te traite déjà comme une enfant. Qu'il a envie de jouer le père, le grand frère, le mec super protecteur. Je déteste cela. Soumise à mes parents je ne leur refuse rien. Mais je ne le fais pas par plaisir. Je n'aime pas que l'on m'offre cette espèce d'attention que l'on peut facilement comparer à de la pitié. Je n'en ai pas besoin. Cela ne fera que me blesser et me rappeler que je ne vaux rien. Si c'est le cas il ne faut pas s'attendre a ce que je joue le jeu. Du moins pas si je n'ai rien d'autre a faire. Je me ferais une joie d'ignorer la personne en question. Peu bavarde les seuls mots que vous pourrez m'entendre dire seront des réponses simples à vos questions. «Oui.» ou «Non.» ou «Je vois.» ou encore «Bien.». Cela pourrait faire croire que j'ai un coté indifférent. Peut être bien. Je n'aime juste pas répondre aux questions. Mais si jamais je suis de bonne humeur je pourrais entamer une conversation saine et équilibrer. Si jamais je le fais applaudissez.Haha Persévérante hein. J'aime jouer aux jeux vidéos les FPS surtout. Ce qui peut m'énerver ce serait de ne pas pouvoir passer un niveau. Mais attention.Je ne suis pas du genre a abandonner facilement que ce soit en amour ou en étude 'abandonner' signifierait que je suis faible. Or je ne voudrais pas avoir cette image alors que j'en donne déjà bien assez l'impression. Je ne veux pouvoir compter rien que sur moi même et ne pas dépendre des autres.

Solitaire ▬ Timide et renfermée. Entourée de monde je n'entends même plus ma voix, mon coeur battre, ou ma respiration. Entourée de peu de monde je n'entends que ma voix. Seule. J'entends tout. Je n'aime pas la foule ça me stresse. Pas que je sois paranoïaque.C'est juste que je n'aime pas les gens que je ne connais pas. C'est ce qu'on appelle être agora phobique aussi. Je préfère être entourée de deux personnes que je connais plutôt que de plusieurs personnes dont je ne me souviendrais sûrement pas de leurs visages. Je n'aime pas aller chez mes 'amis' ou encore j'ai quelqu'un. Je me sentirais mal à l'aise. Et pour y remédier il faut qu'il y est des choses que j'ai touché par ci par là pour que je puisse me sentir comme chez moi. D'ou le fait que je n'aime pas voyager. Que ce soit en voiture, train, avion, bateau. Rester seule dans ma chambre est pour moi un petit paradis. Je n'invite personne a y entrer. C'est trop sacré a mes yeux. On m'avait conduis voir un psychologue une fois pour ça. Il disait que c'était la faute de mes parents qui m'avait trop gaver le crâne de sottises. Je suis totalement d'accord avec lui. Ne voyez vous pas que je veux changer ? Grandir ? En gros ça n'a rien donné. Bien que maintenant je peux sortir de chez moi. Je peux dire qu'il y a amélioration ? Timide je n'ose pas aborder les gens. Je me mets a m'excuser a tout bout de champ. Et je peux juste m'en aller en faisant comme si je n'avais rien fais. Je n'aime pas que l'on me fixe dans les yeux ça me fait rougir. Je pourrais juste éviter le regard mais je me sentirais toujours aussi gênée et embarrassée. Je n'aime pas parler de moi. Je ne suis pas une menteuse mais j'aime bien prétendre ce que je ne suis pas. Ne m'en voulez pas si je dis que je suis narcissique, calculatrice ou autre. C'est une façon de me protéger des autres.

Gamine ▬ Tendre et sympathique. J'aime jouer à ce jeu là. Lequel ? J'aime répéter ce que disent les autres pour les embêter. Mais au final je me retrouve a rire toute seule comme une idiote. Bien que des fois c'est drôle et amusant. Quand je le fais a ma mère c'est sûr que c'est moins drôle. Surtout quand on ajoute Nanana après. Je ne regrette pas du tout l'avoir fais. C'était une expérience très riche ! Apprendre des pages du dictionnaire. C'est amusant. Ce que j'aime par dessus tout c'est quand une personne l'air sérieuse m'avoue quelque chose. Et que je la harcèle de pourquoi en retournant sa question contre elle. Un jeu sans fin qui finit toujours par une claque ? Ou pas. Je ne suis pas le genre de fille a se laisser emporter par la colère en fait. Ce qui est bizarre c'est que lorsque je le suis. Au lieu de l'hurler fort et de casser des têtes. -Je plaisante - Et bien je me retrouve a pleurer. Mais sérieusement. Quelle personne suffisamment mature pleurerait lorsqu'elle est en colère ? Je n'aime pas dire que je suis gentille. Je le suis peut être trop. Mais je n'aime pas le dire. Enfin je pense que les personnes qui le disent ne le sont pas... Est ce que ça fait de moi une mauvaise personne ?

Sensible ▬ Têtue et bornée. Mon dieu Belle a enfin embrassé Edward ! J'en ai les larmes aux yeux. Je n'arrive pas a y croire. Qu'un truc aussi débile puisse me faire pleurer. Je suis sensible. Hyper sensible. Jeune j'avais un poisson. Une fois j'ai voulu me la jouer grande fille et changer l'eau du bocal. Le poisson a glisser et allait finir dans les toilettes. Mon coeur avait fais un bon dans ma poitrine lorsque j'ai réussis à l'avoir vivant je n'ai pu m'empêcher de pleurer ensuite. Ce que je n'aime surtout pas c'est quand ça m'arrive maintenant a mon âge. Voir une fille pleurer est la meilleure façon de me faire pleurer aussi. Têtue et bornée hein ? VRAIMENT ? Je ne veux pas m'insulter non plus. Quoi que si. Je devrais. Ce n'est pas pour avoir l'air pathétique. Juste que je suis têtue et bornée. Je ne crois que ce que je veux croire. Ce que je dis qu'il soit faux ou pas je trouverais peut importe comment une façon de prouver que ma version des choses est QUAND même correcte. Cela fais de moi une personne méthodique ?

Mes mauvaises habitudes. Qui n'en a pas ? Je marche en regardant mes pieds la tête baissé. Tout le temps. Ce n'est pas sans danger mais des fois c'est super. J'ai trouvé de l'argent par terre une fois. C'est tellement cool. Comment m'en priver alors ? Je me mordille la lèvre tout le temps. Je gonfle mes joues aussi lorsque je réfléchis. Lorsque je photographie je fais de petites grimaces. En gros ce serait nettement plus amusant de me regarder que de regarder un film. Etant donné mon manque de parole on pourrait croire que je suis muette. Je ne le suis pas. Pour apprendre à connaitre les autres je n'utilise pas les mots. Je me contente d'observer. Mais quel sens aiguisé de l'observation j'ai ! Je pourrais deviner le caractère ou les intentions des autres rien que comme ça. Bien entendus je ne le dis pas. Ca me trompe des fois. Je me lance dans plusieurs hypothèses et quand je tombe sur la bonne je me dis que j'avais raison.

• Votre histoire :

Acte 1 ▬ Je fais ce que je n'aime pas faire.
Cours de piano à 16h, cours de chant à 16h45, et le concours de misse juste après.
Dis-ma mère en me laissant en compagnie de ma nourrisse. J'avais quoi seize ans ? Et je me laissais encore guider par mes parents. Je les aimais et je n'aime pas leur désobéir. Après tout ils travaillent dur pour me procurer un futur sain et tout ce dont j'avais besoin. J'embrasse ma mère qui m'enlace tout en parlant au téléphone. Elle allait prendre l'avion dans pas longtemps et à nouveau m'abandonner. Je n'aime pas lorsqu'elle n'est pas présente aux concours. Je panique et je stresse. Je retourne à l'intérieure de l'appartement m'installant dans le salon, ma nourrisse venant s'occuper de ma coiffure, elle m'a fait de jolies boucles et a recouper correctement ma frange. Me maquilla juste comme il faut et m'aide à porter la robe que l'on m'a choisit pour aujourd'hui ainsi que les chaussures. Je me regarde dans la glace et j'esquisse un léger sourire histoire de me donner du courage. Ce n'est pas la première fois que j'avais un concours à remporter. Des trophées j'en ai plein. Je ne suis pas aussi jolie que maman le prétend et faire de moi une poupée à admirer n'est pas non plus quelque chose que j'aime faire. De temps à autre moi aussi j'ai envie de courir et de tomber. De manger fastfood et de sortir avec des amies. Ah des amies quand j'y repense. A dix ans j'ai payé un garçon pour jouer à la balançoire avec moi dans un air de jeux. J'étais vraiment pathétique. Quoi qu'il en soit, je me redresse et m'installe à mon piano, essayant de rejouer le morceau que le professeur m'avait demandé. Mais je n'en avais pas la moindre envie. Mon père rentre quelque temps après. Je quitte l'instrument vers lui heureuse de le revoir. Il me tapota le haut du crâne me présentant une boite avec un léger sourire. Et il quitta à nouveau la maison. J'esquisse un sourire. Je ne veux rien laisser paraître. J'ouvre la boîte découvrant un collier en argent avec en pendentif une étoile. C'était jolie, tellement jolie. Je le mets rapidement et je retourne poursuivre mes cours. [...] Les coulisses le soir je n'ai pas pu m'empêcher de stresser et de paniquer tant de gens allaient être présent. Et mon discours n'était pas prêt. Je ne savais pas quoi dire ni écrire. Aimez vous ce que vous faites ? Ce que je fais. Pour moi c'était une question existentielle. Et pour être honnête je n'aimais pas ce que je faisais. J'ai longtemps ruminé avant de soupirer déçue par moi même. Je me redresse retirant le ruban qui ornait mes cheveux. Lorsque je suis monté sur scène ma réplique fut simple et courte.

Je ne suis pas l'objet de satisfaction de ma mère. Je ne me satisfais pas et j'aimerais le faire.

Et pourtant, j'ai remporté le premier prix. On avait crus que cela faisait partis de mon discours et que c'était un honneur pour moi de faire ce que ma mère me demande et non ce que je veux faire. Sérieusement qui voudrait être la poupée de sa mère ? Le soir même elle appela me félicitant, elle prit la peine de me dire que c'était mal de mentir et ce que j'ai dis ne devais pas se reproduire. Je n'eu même pas le temps de parler. Elle dit simplement qu'elle rêvait me voir mannequin et qu'elle ferait tout pour que je le sois. Elle raccroche, je pose mon téléphone sur mon lit et je m'allonge. Je ferme les yeux et je soupire. N'avais-je pas le droit de rêver d'une meilleure vie ? J'ai tout sacrifié pour elle. Mais elle n'a jamais pensé que j'aimerais moi aussi qu'elle sacrifie au moins une chose pour moi ? Je faisais l'école à la maison, les cours de chant, de piano, je m'habillais comme elle le désirait. Ca m'a hanté toute la nuit. J'avais envie de faire mes preuves mais dans les domaines dans lequel j’excellais et je voulais découvrir ses domaines là. Le lendemain, je suis sortis seule sans prévenir ma nourrisse. Je me baladais en ville sans vraiment savoir ou j'allais ni ou j'étais. Jusqu'à ce que je m'arrête devant une vitrine découvrant la technologie de ce siècle. Un appareil photo attira mon attention. Un reflex mono-objectif EOS. Sans m'en rendre compte je l'ai acheté. On me montra comment m'en servir. Et c'est ainsi qu'une nouvelle passion était née. La photo. Je ne négligeais rien, les petits détails, les colorings. J'ai aussi découvert les logiciels et les sites de partages. Je séchais les cours à la maison, et les concours. Mais ma joie ne durera pas. Ma mère n'était pas d'accord et m'en priva. Du chantage.

Fais ce que je veux que tu fasses si tu veux vraiment pouvoir avoir à nouveau tes appareils.

C'était la goûte qui fit déborder le vase. Je n'en pouvais plus d'être traiter de la sorte. Et j'allais agir, lentement mais sûrement.

Acte 2 ▬ Je suis aveuglée par ma propre personne.
Tu sais quoi ? Je ne suis pas heureuse, j'ai seize ans et demis et je n'ai aucune amie, j'en ai marre de rester enfermer ainsi.
Vraiment ? Alors qu'est ce que tu proposes pour résoudre le problème ?
Inscris moi dans un lycée.
Sur ces mots ma mère se lève prends son sac, et cherche son paquet de cigarette, elle en fume une devant moi pour la première fois. Je n'aimais pas la fumée de la cigarette, je n'aimais pas la cigarette tout court. Elle resta là à réfléchir, puis finalement acquiesça d'un signe de la tête me promettant qu'elle allait chercher un lycée avec une bonne réputation, un lycée pas loin de la maison histoire qu'elle puisse quand même garder un œil sur moi. Son coté surprotecteur est presque étouffant. Non je me corrige il est étouffant. L'important est que j'ai obtenus ce que je désirais. Je désirais allez dans un lycée et bien voilà. J'allais enfin réaliser l'un de mes buts. Je l'embrasse avant d'aller dans ma chambre heureuse. [...] Première journée au lycée, j'étais en uniforme et je tremblais, j'avais le trac. C'était vraiment rempli de gens. Le proviseur me demanda de le suivre ce que je fis, il attendit que les élèves rejoignent leurs classes pour enfin me présenter à la mienne. C'est à se moment là ou j'ai franchis la porte que je me suis sentis encore plus mal. J'étais en présence de plusieurs adolescents et adolescentes. C'était la première fois que ça arrivait. Les concours c'était différent il y avait les parents. Là il y a moi, eux et le professeur. Je me présente timidement au reste de ma classe. Je les entendais chuchoter. Garçons intrigués par mon arrivée et filles mécontentes de me voir arrivées au milieu de l'année scolaire. Lorsqu'ils apprirent que je faisais l'école à la maison ils n'hésitèrent pas à placer une remarque. J'ignore simplement la remarque allant prendre place. A mes cotés il y avait un jeune garçon qui lui ne semblait pas vraiment comme les autres. Pendant les cours il m'écrivait des petits mots rigolos, et en gros nous sommes devenus ami. C'était d'ailleurs le premier de mes amis. Il disait que j'étais comme une fleure, tellement fragile. Et que a mes cotés il avait l'impression d'être un chevalier ou un truc du genre. Je trouvais cela très drôle. Mais enfin on ne se fait jamais d'amis sans ennemis non ? Ca n'allait pas vraiment prendre trop de temps. Les filles ne m'aimaient pas beaucoup parce qu'elles me trouvaient trop fille à maman. Quand je disais les filles je ne m'attendais à ce que ce soit toutes les filles de ma classe. Il y avait une exception. Akane elle s'appelait, et je la trouvais bien intrigante. Sa manière de faire les choses était tellement calculé et lente. Lorsqu'elle souriait aussi. Peu importe ce qu'elle faisait j'avais l'impression qu'elle s'était entraîner pour pouvoir réagir ainsi avec les autres. Je n'ai pu m'empêcher de la suivre une fois. Elle s'enfermait souvent dans la salle de musique et jouait parfaitement de la guitare. Je trouvais qu'elle était douée, et j'aimais beaucoup ce qu'elle était. Je n'arrivais pas à comprendre pourquoi elle était tout le temps seule et loin des autres. Moi je le suis parce que je n'aime pas être entouré de gens, je me mets à essayer de deviner ce qu'ils pensent de moi. Mais elle. C'était autre chose non ? Je ne savais pas pourquoi j'avais cette envie constante de l'aborder. Mais ma timidité m'en empêchait. A chaque fois qu'elle passait prêt de moi je me sentais invisible. Je ne savais pas comment attiré son attention. Jusqu'au jour où je me suis retrouvée seule avec elle dans la réserve après un cours d'éducation physique. Je n'arrivais pas à porter le panier de ballons de basket, elle m'aida à le faire. En la remerciant elle me dit simplement.

▬ Quand tu oseras enfin croquer la vie, je te parlerais. Si tu restes la poupée en cire que tu es n'en rêve même pas.

Suite à ses mots elle me quitta les laissant hanter mon esprit. Elle ne m'a jamais parlé elle ne savait rien de moi et pourtant elle a dit quelque chose. Qui m'a touché principalement. Je suis rentrée assez déprimée ce soir là. Je ne savais pas quoi penser ? Cela devait me faire plaisir parce qu'elle faisait attention à moi ou non ? Je m'emballe, mais je souris quand même. Bien que ses paroles me hantent encore. Je devais dévoiler mon véritable visage à tout le monde ? Oui je devais et je devais commencer par la dévoiler à mes parents d'abord. En rentrant chez moi j'ai fais une petite course. Je me demandais si ce n'était pas égoïste de ma part de leur infliger cela ? Leur tendre et douce fille qui enfreint les règles. Les règles pensais-je. Je vais directement dans la salle de bain, et mon regard ne quitte plus le miroir. J'étais jolie, mais je n'étais pas réelle. J'étais une illusion que j'avais créée, non que j'ai laissé naître en moi. Je baisse la tête soupirant serrant les poings. Mon cœur bat vite, mon cœur bat fort. Il a mal et me fait mal. Il m'empêche de respirer. J'ai comme une boule à la gorge. Elle m'étouffe. Ma gorge se noue et je me décide enfin d'arrêter. D'arrêter de me mentir. Je ne suis pas la poupée de la vie. Mais la maîtresse de ce corps. N'était-il pas le mien ? Je respire un grand coup et je tends ma main vers l'étagère. J'y récupère une paire de ciseau. Je la fixe longtemps. Je souris, je me regarde et la symphonie commence. On n'entendait plus que ma respiration. Et les coups de ciseau. Un moment après, le coup de grâce. Et me voilà. A présent, en face de moi même. En face de ma propre vérité. J'étais une fille tellement simplette. Je n'aimais pas que l'on me déguise. Une coupe à la garçonne. Ma mère allait me tuer pensais-je. Mais elle n'était pas là. Je n'avais pas besoin d'elle. Je nettoie la scène du crime, n'y laissant aucune preuve que celle que je portais. Finis, je prends une douche et je m'endors pour la première fois depuis longtemps fière de moi même. [...] Ma nouvelle coiffure n'avait dérangé personne de ma classe à part la fille en question. Elle m'avait sourit. M'a envoyé un petit mot dans lequel elle avait écris ; Félicitation tu es sur la bonne voie. La bonne voie disait-elle ? Que devais-je faire d'autre ? M'habiller comme je le désirais. A la pause je vais la voire, gênée, embarrassée, le souffle coupé. Je lui demande.

▬ Accompagne moi en ville après les cours.

Sur le coup elle ronchonna, elle s'était juré de ne pas m'adresser la parole on dirait. Mais au final elle accepta sans rien dire. J'esquisse un léger sourire et je la quitte encore fière de mes exploits. Je me sentais vivre. Mais je ne comprenais toujours pas pourquoi je voulais à ce point l'impressionner, attirer son attention vers moi. Serais-ce ce que l'on appelle développé des sentiments ? Je ne savais absolument rien de ce domaine là. Je me mords la lèvre et je retourne à ma place. Tout le long du cours je n'ai fais que regarder ma montre à mon poignet, je trouvais ça tellement lent. Lent, lent cela me torturais presque. La cloche sonne enfin. Je me lève le cœur battant, mes mains tremblait, je me sentais rouge écrevisse. Akane sourit simplement murmurant que j'étais rouge.Et cela fut confirmer par la fille en question qui passa sa main sur mon front. Je l'avoue. Elle me plait. Nous avons fais du shopping après. Je me suis payé de nouveaux vêtements, un nouveau style, et Akane semblait plutôt m'apprécier. Elle m'avait même raccompagné jusque chez moi. Ce n'est qu’à ce moment là que je me suis sentie encore plus embarrassée. Surtout lorsqu'elle m'a embrassé. Je n'ai même pas pu dire un mot après ça, je sis rentré directement à l'intérieur. Et mes parents m'y attendaient, ma nourrisse à leurs cotés.

▬ Le lycée c'est finis. Fis-ma mère. Tu reprends les cours à la maison.
▬ Mais pourquoi ?
▬ On ne discute pas.

Mes parents faisaient absolument tout pour m'enfermer c'est ça ? Je serre les poings larmes aux yeux, je sors de chez moi, je ne fus pas surprise de retrouver Akane plus loin, je lui explique la situation qu'elle comprit rapidement. Elle m'aida même à fuguer. Adorable non ?



Acte 3 ▬ Je ne suis absolument rien qu'un battement de cils. Éphémère.
▬ Je l'ai fais. Personne ne m'a demandé de le faire c'était mon idée.
Plusieurs mois se sont écoulés après ma fugue. Je vivais chez Akane mais on a finis par rompre. Après m'avoir tout appris après lui avoir tout donner. Mais vraiment tout. Tout. Elle m'a juste jeté et appris que les gens ne sont pas toujours ce qu'ils prétendent être. J'avoue mon crime.Je plaide coupable, punissez moi. Là devant mes parents, la police. Ma mère heureuse de me retrouver mais tellement dégoûtée, elle ne me regarde même pas dans les yeux. Je me suis teint les cheveux sans lui demander, percer les oreilles sans lui dire, tatouer le poignet sans qu'elle ne le sache. Elle a perdus toute confiance en moi. Je la comprends. Pour elle il fallait tout reprendre depuis le début. J'étais d'accord. Mais a quel prix ? Elle me laissa passer une nuit en prison. J'ai volé de l'argent de son compte. Il est nécessaire de me punir. De m'infliger la sentence que je mérite. Cela ne rivalise même pas un tout petit peu avec mon mal de cœur. Ce cœur joyeux, brisé, piétiné, souffrant. Aucune larme ne l'accompagne. J'ai tellement pleuré que si je le fais à l'instant le contour de mes yeux me pique. Rouge sang, chaud, brûlant, j'évite de poser mes doigts dessus. Mon cœur ne tenait plus. Je respire à peine correctement. Je l'aimais tant. Je l'aime encore. Je ne sais plus quoi penser. Mais je ne lui en veux pas et ça me désole. Je n'arrive pas à la détester et ça me brise. Elle m'a fait pleurer, m'a fait souffrir et pourtant, je ne lui en veux pas. Quel genre de personne normal penserait ainsi ? Une nuit pleine de tourments dans cette prison froide et déprimée. Lorsque ma mère vient me chercher, je tenais difficilement debout, j'avais mal aux jambes tellement j'ai erré dans les rues sombres de la ville. Mais quel cas pathétique. L'amour est un salaud, l'amour est sadique, il est cruel, il rend fou. Je n'en veux plus. Je déteste l'amour.Je me renferme sur moi même décidée à ne plus essayer. C'est bête de le prendre ainsi après une première défaite. Mais je le fais, j'avais besoin de me recoller. A la maison, mes parents sont encore plus sévères que d'habitude. Ils ne m'ont pas laissé finir mon année au lycée et ni suivre de cours de musique ou de chant. Je restais enfermer à la maison. Tel un animal de compagnie. On m'apprend des tours et on me nourrit. Cet isolement, être séquestré de la sorte. Bien que ce n'était pas le but de mes parents. Cela n'a fait qu'empirer les choses. Je ne faisais que rester allonger dans mon lit a fixé ce plafond blanc, je me levais pour étudier et me rallonger jusqu’au lendemain. Je ne parlais pas je ne sortais même plus de ma chambre. Je refuse d'en ressortir. Je tremble de peur à chaque fois que je l'approche ce poignet de porte. Je la fixe et je me sens en larmes. Elle m'effrayait ce qui était derrière la porte m’effraie. Des nuits je ne dors pas. Je me mets en boule au milieu de la pièce, je pleure, je souffre, mes souvenirs me hante. Son parfum, ses sourires, ses mots. Ca me rend folle. J'y pense trop. Je me sens de plus en plus mal. Mon père de temps à autre essayait de me parler. De jouer avec moi il m'accordait son attention mais en vain. Ca ne marche pas sur moi. Plus en tout cas. Je le fixe simplement de mon air pâle et absent, puis je lui souris en lui demandant de ne pas se donner tant de mal. Ca ne marche pas avec les prisonniers. Ne suis-je pas leur prisonnière ? Leur animal a qui ils rendent visite quand ILS le voulaient ? Je n'avais même pas mon mot à dire. Ils pensent que je les déteste. Ils devraient. Je les déteste.Après tout même le chat de ma mère étais plus gâté et traité comme un humain que moi. Je l'envie. C'est un chat et il a toute l'attention et la liberté que je désire. Que je convoite. Je veux être libre. Comment le dire a des gens qui n'ont pas compris qu'il faut que je tombe pour que je puisse me relever. Et c'est décidé je me relève. [...] Qu'ai-je fais ? J'ai du sang sur les mains, et une paire de ciseau à terre devant moi. Je suis du regard, tremblant, hésitant, le sang, la flaque s'agrandit, et je découvre le chat de ma mère. Je l'ai...? J'ai fais ça ? C'est atroce. Je recule, j'hurle, je pleure, je me frappe le front de mes deux mains. C'est un rêve je me réveillerais. Mon père arrive dans la salle de bain. En voyant la scène il s'inquiète pour moi, il m'attrape dans ses bras et me serre fort contre lui. Je sanglote. Il respire vite, et essaye de calmer ses palpitations. Il avait enfin compris. Enfin.

▬ Faites quelque chose s'il vous plait. Dis mon père au psychologue qui prend note.

Un psychologue s'occupe de mon cas à présent. J'ai la chance de pouvoir sortir. Elle me fait faire des tours dans des jardins, nous avons eu une séance dans un aquarium. Au début c'était même difficile de me faire sortir de la maison pour aller chez elle. C'était à elle de venir me voir. Au début aussi, je restais muette, elle ne faisait que me parler d'elle. C'était une façon de gagner ma confiance ? Je ne refusais pas de l'écouter. C'était même devenu une habitude. A chaque fois qu'elle venait pour parler. Je fermais les yeux pour n'entendre que sa voix. Et puis un jour je lui ai dis ce que je pensais. J'aime votre voix. Continuez à me parler s'il vous plait. Elle m'a sourit. Et elle a continué a le faire. Ca venait petit à petit mon envie de parler, de lui dire tout ce que j'avais sur le cœur. Je me sentais comme un verre menacer de déborder. Et elle le savait, elle l'a même fait déborder. Ca coulait, mes larmes, mes mots, et elle était là. Entrain de m'écouter attentive. Je l'admire. Au bout de quelques mois, elle a réussit à me faire parler plus fréquemment, on parlait de tout et de rien. C'était plus une amie qu'un psychologue. Et d'ailleurs elle savait bien d'ou venait le problème. J'ai été souillée par mes parents surprotecteurs. A cause de cela j'ai perdus toute confiance en moi même. Elle trouvait mon cas pathétique et me disait être faible. Faible, faible, faible. Ca résonne dans ma tête. A chaque fois qu'elle le dit je n'ai qu'une envie : hurler. Parce que à chaque fois qu'elle part je me retrouve à nouveau devant mon miroir avec ce même ciseau, mais je n'essayais pas de me couper les cheveux. Mais le fil qui me connecte à ce monde. Je ne le fais pas. Je me contente simplement de finir par prendre une douche froide et de retourner dans mon lit. Je n'avais aucune vie. [...]Et voilà j'ai réussis à obtenir une pseudo liberté. Je m'en réjouis. Mes parents n'arrivaient plus à me supporter. Ils avaient peur de moi. Peur de ce que je pourrais leur faire pendant qu'ils dorment ? Ils croient vraiment que je suis folle. Je suis leur fille et pourtant ils n'ont pas hésité à me jeter dès qu'ils n'ont pas su me dompter. Je vis dans une pension et ma psy me rend visite fréquemment. Je n'ai qu'elle. Et c'est grâce à elle qu’aujourd’hui je peux sortir en souriant dans la rue.


• Selon vous, quel groupe vous conviendrait le mieux ? :
[ Fuck off ] [ So Mysterious ] [ Smile & Nyappy ] [ Like a Prince ] [ Shy & Innocent ] [ Hey ! You're Crazy !? ] [ I don't care ] [ Princess Glamour ] [ Musical's Victim ] [ So Stupid ] [ Be Famous ] [ Dangerous Sweety Girl ] [ Sport ! Run ! Run ! ]

• Nom du personnage que vous utiliser pour votre avatar, et d'où il sort: Takenaka est l'artiste.

• Code du réglement o/ :


Dernière édition par Sakine H. Todoke le Dim 8 Avr - 17:45, édité 40 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar「 Baka ♥ Baka ♥ Baka ~ ♫ 」
「 Baka ♥ Baka ♥ Baka ~ ♫ 」


Messages : 52
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 30
Camp dans la Bataille : Vote Blanc !

Carte de pensionnaires
Orientation Sexuelle : Bisexuel(le) - Filles et Garçons.
Pseudo Internet:
Mes Relations :
MessageSujet: Re: What is essential is invisible to the eye ▬ UC.   Dim 18 Mar - 22:32

*///* Bienvenue, début de fiche magnifique, j'ai hate de lire la suite ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar• Baka, serait peut-être temps
|| de demander un rang !

Messages : 178
Date d'inscription : 12/04/2010
Camp dans la Bataille : Come back.

Carte de pensionnaires
Orientation Sexuelle : Hétéro mais ...
Pseudo Internet:
Mes Relations :
MessageSujet: Re: What is essential is invisible to the eye ▬ UC.   Lun 26 Mar - 23:57

Aloha petit panda ~ ♥

J’acquiesce sans conteste ce que notre belle Yume affirme.

Mais j'ajoute qu'il faudrait penser à terminer ta fiche !
Le délai approchant bientôt... d'ici quatre jours il faudrait penser à terminer...
Sans ça je te laisserai encore un petit délai de trois jours supplémentaires, dans ma lancée charitable...
Après quoi... je serai sans pitié : poubelle assurée !
Ca serait dommage pour ce qui a déjà été fait !

Merci de donner signe de vie !

À la revoyure !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar &&. News' Crazy
||Bienvenue à Kohime

Messages : 14
Date d'inscription : 18/03/2012
Camp dans la Bataille : Yuriste ?
MessageSujet: Re: What is essential is invisible to the eye ▬ UC.   Mer 28 Mar - 20:15


    Manque plus que la correction. Sinon merci. ><.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar• Baka, serait peut-être temps
|| de demander un rang !

Messages : 178
Date d'inscription : 12/04/2010
Camp dans la Bataille : Come back.

Carte de pensionnaires
Orientation Sexuelle : Hétéro mais ...
Pseudo Internet:
Mes Relations :
MessageSujet: Re: What is essential is invisible to the eye ▬ UC.   Mer 28 Mar - 21:26

Alors, alors, alors... Le prédateur s'approche doucement de la victime... qui cela va-t-il être cette fois-ci ? Les jeux sont faits. Le rideau tombe.

SAKINE HARE TODOKE

Prépare-toi à souffrir.
Faut que j'arrête des entrées en matières pareilles ! Je vais tous les faire fuir... Hm.
Lets go.


Première remarque.
Physiquement... je suis restée sur ma faim.
J'aurais bien aimé une description plus brute de l'aspect de la demoiselle. Les vêtements... oui... mais après ça change tellement ! C'est des choses qui vont, qui viennent, qui repartent, se déchirent, se changent, se salissent. En grandissant, aussi, on améliore le style. Tandis que les traits, les courbes du corps restent. Enfin à moins d'une grosse prise de poids. Bref. Après, t'as ton quota dans cette partie-là. C'était libre à toi d'utiliser huit lignes comme bon te semblait... donc, au final... de ce j'aurais aimé lire, qui s'en préoccupe ? Hm.

Deuxième remarque.
Les temps utilisés. J'étais en cours de français, ce soir... et la prof a dit "Quels sont les temps dans ce passage ?"... Alors, moi, toute fière, j'ai répondu à haute voix "Présent... passé composé..." en cherchant dans le passage sans regarder la prof. Elle me faisait de grands signes pour me dire que j'étais sur la mauvaise voix. Toute la classe s'est mise à rire. Une fois que j'ai réalisé qu'elle me faisait des signaux, je l'ai regardé "Je ne parlais pas de ces temps-là... mais plutôt de moments." et je me suis cachée derrière Les Contes, écrit pas Denis de Diderot. Hm.
Tout ça pour dire que ça jump du présent à l'imparfait, de l'imparfait au futur.... du futur au passé simple. J'exagère. Mais... ça m'a un peu irritée dans le fond. Mais sinon... c'était largement lisible.

Troisième remarque.
Ici. C'est la guerre. Miaous. La gueguerre. Choisir un camp est donc primordial. Tu n'as point choisi ton camp, futur guerrière lâchée dans l'arène [arrête de lire Hunger Games... j'crois ça t'monte à la tête Kotona !]. Ce que je te propose.

•• Fuck Off ; Un genre de rebelle, qui ne se laissent pas marcher sur les pieds. On lui donne des ordres ? Bah Fuck quoi ! Délinquants ? Criminelles ? Here !

Puisque tu t'es rebellée, en fin de compte.

•• Hey ? You're crazy ?! ; Les personnages les plus desjantés de Kohime ! Ils ont de ces comportements parfois ... Nan mais je vous jure des vrais tarés ! Mais c'est comme ça qu'on les aime =).

Puisque se couper les cheveux seule devant un miroir... c'est pas courant. Peu font ça... Quoi j'ai fait ça y'a quatre mois de cela ? ET ALORS ? Hm.

Et voilà. Le reste ne semble pas trop correspondre.

La balle est dans ton camp.
Mais une fois que tu auras choisi ce dernier, je peux sans conteste te dire que ta fiche est validée. =)

Enjoy !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar &&. News' Crazy
||Bienvenue à Kohime

Messages : 14
Date d'inscription : 18/03/2012
Camp dans la Bataille : Yuriste ?
MessageSujet: Re: What is essential is invisible to the eye ▬ UC.   Jeu 29 Mar - 19:07


Euh, j'ai dis qu'il manquait la correction... Je n'ai pas encore finis, étant donné que j'ai vraiment plus le temps avec les études.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar• Baka, serait peut-être temps
|| de demander un rang !

Messages : 178
Date d'inscription : 12/04/2010
Camp dans la Bataille : Come back.

Carte de pensionnaires
Orientation Sexuelle : Hétéro mais ...
Pseudo Internet:
Mes Relations :
MessageSujet: Re: What is essential is invisible to the eye ▬ UC.   Jeu 29 Mar - 22:00

Fais seulement.
Ta fiche va pas disparaître du jour au lendemain tu sais ?
Elle n'ira pas ailleurs sans ton accord hein !
J'avais bien saisi que tu n'étais pas prête.
Mon but était de te guider un peu et d'aider, puisque c'est mon rôle au final.
Mais je sais aussi me taire. :)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar &&. News' Crazy
||Bienvenue à Kohime

Messages : 14
Date d'inscription : 18/03/2012
Camp dans la Bataille : Yuriste ?
MessageSujet: Re: What is essential is invisible to the eye ▬ UC.   Dim 8 Avr - 17:46


Okay, euhm sur ce est-ce mieux ainsi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar• Baka, serait peut-être temps
|| de demander un rang !

Messages : 178
Date d'inscription : 12/04/2010
Camp dans la Bataille : Come back.

Carte de pensionnaires
Orientation Sexuelle : Hétéro mais ...
Pseudo Internet:
Mes Relations :
MessageSujet: Re: What is essential is invisible to the eye ▬ UC.   Lun 9 Avr - 9:26

Euhm. Et pour le groupe ? =)
Après quoi tu pourras sans autre validée, car on ne peut faire mieux pour la fiche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar &&. News' Crazy
||Bienvenue à Kohime

Messages : 14
Date d'inscription : 18/03/2012
Camp dans la Bataille : Yuriste ?
MessageSujet: Re: What is essential is invisible to the eye ▬ UC.   Lun 9 Avr - 12:47


Ah oui le groupe j'avais oublié, je ne sais pas vraiment lequel choisir. ;-;
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar• Baka, serait peut-être temps
|| de demander un rang !

Messages : 178
Date d'inscription : 12/04/2010
Camp dans la Bataille : Come back.

Carte de pensionnaires
Orientation Sexuelle : Hétéro mais ...
Pseudo Internet:
Mes Relations :
MessageSujet: Re: What is essential is invisible to the eye ▬ UC.   Lun 9 Avr - 15:20

Je t'ai proposé mes idées. Je ne peux pas faire plus.
À toi de voir, réponds que tu seras décidée !
~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar &&. News' Crazy
||Bienvenue à Kohime

Messages : 14
Date d'inscription : 18/03/2012
Camp dans la Bataille : Yuriste ?
MessageSujet: Re: What is essential is invisible to the eye ▬ UC.   Mar 10 Avr - 15:40


    En fait j'hésite entre So Mysterious & Fuck off. Mais va pour Fuck off. D:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar• Baka, serait peut-être temps
|| de demander un rang !

Messages : 178
Date d'inscription : 12/04/2010
Camp dans la Bataille : Come back.

Carte de pensionnaires
Orientation Sexuelle : Hétéro mais ...
Pseudo Internet:
Mes Relations :
MessageSujet: Re: What is essential is invisible to the eye ▬ UC.   Mar 10 Avr - 15:41

Bon c'est décidé, tu seras chez les Fuck Off.
Pas débattre mille ans nom plus !

Bon jeu ! =)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar &&. News' Crazy
||Bienvenue à Kohime

Messages : 14
Date d'inscription : 18/03/2012
Camp dans la Bataille : Yuriste ?
MessageSujet: Re: What is essential is invisible to the eye ▬ UC.   Mar 10 Avr - 15:42


Merci ! :3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: What is essential is invisible to the eye ▬ UC.   

Revenir en haut Aller en bas
 

What is essential is invisible to the eye ▬ UC.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Pension Kohime ❤ - Bienvenue !-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit