T'as besoin d'un logement pour tes études ou ton travail ? Tu t'es fait virer de chez toi ? T'as juste envie de changer d'air et de te relaxer ? Kohime Pension °w° ! Dans le même genre que la Pension Hinata, on t'attend !
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Autopassion.net le site ddi  l'automobile cr par ses utilisateurs
Partagez | 
 

 I don't like the drugs but the drugs like me. [Haley B. Anderson]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Immortelle Déesse du Yuri.


Messages : 81
Date d'inscription : 29/06/2010
Age : 26
Camp dans la Bataille : Yuriste

Carte de pensionnaires
Orientation Sexuelle : Homosexuel(le) à tendance Seme.
Pseudo Internet:
Mes Relations :
MessageSujet: I don't like the drugs but the drugs like me. [Haley B. Anderson]   Lun 2 Avr - 20:18

    ••• Dossier d'inscription
    ••• à la Pension Kohime

    © Inconnue.
      • Nom : Anderson.
      • Prénoms : Haley Bridgess
      • Âge & Date de Naissance : 19 ans, le 4 Octobre.
      • Nationalité : Américaine.
      • Orientation sexuelle : Homosexuelle.
      • Profession : Etudie en école de danse.

• Raisons pour lesquelles vous venez habiter à la pension : Logement pas très cher dans les environs de son école de danse.

• Description Physique :

Kate F. Nicholson, camarade de classe : « Haley, son physique ? Mais regardez-la… Je l’envie. Je ne me considère pas comme en surpoids, mais qu’est-ce que j’aimerais avoir son corps. Elle n’est pas maigre, et n’est absolument pas grosse. Elle a un ventre parfait. En même temps, elle passe beaucoup de temps à faire du sport, entre la danse, la boxe et le skate. Bon, il y a le sport de chambre aussi, mais je ne veux pas m’attirer ses foudres. Que dire d’autre… Ben elle est blonde. Une vraie. Ne le lui répétez pas hein. Je crois qu’elle tient ça de sa mère. Et ses yeux bleus. Ensuite, elle s’habille.. Très différemment suivant son humeur. Elle fait du Break Dance, donc bien souvent, ses jeans sont amples, elle porte une casquette, une veste légère… On pourrait presque croire à une racaille par moment. A croire qu’elle a été créée pour plaire. J’aimerais bien la détester parfois. »

Darren S. Aro, ami d’enfance : « Elle m’a toujours plut. Quoi c’est pas la question ? Non plus sérieusement. Elle n’a pas beaucoup de poitrine. Ben quoi ? J’suis un mec, vous me demandez de parler de son physique, c’est c’que j’fais ! Sinon, un truc que je trouve sexy chez elle… Ses tatouages. Je les ai tous vu, car je l’ai bien souvent vue en maillot de bain. Donc à moins qu’elle n’en cache à des endroits…Oui oui. Euh. Le premier qu’elle a fait est un « Carpe Diem » dans le bas du ventre, vous savez, sur l’os de sa hanche. Ensuite je ne me souviens pas de l’ordre d’apparition, mais elle a un tribal assez fin sur l’arrière du mollet, un dessin assez abstrait qu’elle a fait faire par sa tante, je crois, et le prénom de sa mère à l’intérieur du poignet droit. Et pour finir, elle a un dragon sur l’omoplate gauche, accompagné du mot « Freedom » écrit à la verticale. Une rebelle jusqu’au bout, j’vous le dis. Dommage qu’elle soit lesbienne.»

Karren C. Lithien, sa tante : « Vous ne vous attendez tout de même pas à ce que je vous dise que ma nièce est autre que superbe quand même hein ? Enfin, quand elle était jeune, je lui disais qu’elle était moche, lorsqu’elle s’énervait ou faisait la tête. Ca n’a plus le même impact sur elle maintenant *rires*. Que rajouter sur Haley à part qu’elle a hérité des yeux de sa mère, et de la taille de son père. Elle est assez grande avec son m75, mais sans tomber dans l’excès. Ah oui, un détail. Elle a les oreilles percées. Je le sais vu que c’est moi qui l’ai emmenée se faire le deuxième trou à l’oreille gauche, et les deuxièmes et troisièmes, ainsi que son cartilage à droite. J’ai dessiné son tatouage aussi. Je ne sais pas si je n’étais pas bourrée. Il ne représente rien de particulier, à part ce qui me passait par la tête à ce moment. Qui a dit que j’étais sensée lui montrer le bon exemple ?

• Description Morale :

Karren C. Lithien : « C’est une vraie tête de mule ! Elle est bornée et ne lâchera que difficilement si elle est sûre d’avoir raison dans ce qu’elle fait. Elle est agréable à vivre, malgré ses airs de rebelle je-m’en-foutiste. Elle est passionnée, et rien ne l’arrête dans ses passions. Une vraie pile électrique. Elle adore sa danse. Je ne vous dis pas à quel point il a été dur de la convaincre que pour entrer dans son école, elle devait accepter d’autres danses. Et qui dit pile, qui dit Haley, dit aussi violence. Elle a été élevé dans un certain climat de violence, surtout à partir du moment où sa mère est tombée malade. Mais lorsqu’on ne la cherche pas trop, elle est très calme et posée. C’est une fille adorable, au fond. Il suffit de comprendre ce qu’elle a pu vivre pour comprendre son attitude. Il faut simplement réussir à entrer dans son monde. »

Kate F. Nicholson : « Une énorme fêtarde ! Elle en a fait baver des gens à se déhancher comme une dingue sur la piste de danse. Bon certes, elle était bien souvent complètement bourrée ou défoncée, mais ça n’enlevais rien à notre éclate. Je ne connais pas vraiment sa vie d’avant, mais apparemment, ça fait un bon moment qu’elle vit la nuit. Elle n’a peur de rien, elle touche à tout et a une sacrée descente ! Ce qui est bien avec elle, c’est que même quand elle est complètement défoncée, on se sent en sécurité. Je sais qu’elle me protègera toujours si j’en ai besoin. Elle à l’air d’être intouchable mais… Je sais bien qu’elle cache son jeu. Elle se donne juste un air d’indifférence… alors qu’elle a un cœur énorme. J’aimerais bien voir la tête de ses/sa copine(s). Oh je ne m’aventurerais pas à dire qu’elle ne flirte pas souvent… Enfin qui sait. Je pense qu’elle peut être bien rangée si la personne le mérite. Non non, je ne suis pas lesbienne. Je sais très bien qu’autrement, je serais la femme de sa vie. Je blague, je la trouverais quand même chiante. Elle a parfois de bonnes sautes d’humeur, elle peut facilement se vexer et est très jalouse. C’est une vraie fille quoi. Mais peut-être qu’elle s’emporte un peu trop facilement… »

Darren S. Aro : « Elle est intelligente, il ne faut pas croire ce que sa couleur de cheveux pousse à croire. C’est juste qu’elle ne cherche pas à briller par son intelligence. Comme le disait sa mère : « Elle a un QI élevé mais est trop débile pour l’utiliser. ». C’est sur que les cours c’était pas trop ça. Ce qui ne l’intéresse pas ne mérite pas le moindre effort de sa part. Mais pour les conneries, elle avait une grande imagination et assez de jugeote pour les réussir à coups sûr. Vous voulez savoir sa plus grande phobie ? Les sauterelles. *Rires* Elle ne supporte pas ça. Je n’ai jamais trop comprit pourquoi, mais la vue de ces insectes lui fait péter un plomb. Cependant, un conseil : Ne jouez pas avec ça. Il serait bien dommage qu’elle vous en colle une pour si peu. »

• Votre histoire :

« Insensé, insensible, tu l'aimes mais pourtant tu la fuis
Insensé, insensible, tu l'aimes mais pourtant tu la fuis. »

Une vie de rêve. Oui, on aurait pu dire que tu avais une vie de rêve. Quelques petits accrochages avec tes parents, comme toute jeune adolescente, mais jamais rien de plus. Sage, de bons résultats, polie, modèle. La fille que bien des gens auraient aimé avoir. Jusqu’au jour où ta vie bascula. Un changement radical. Avec la découverte du cancer de ta mère, ce fut une nouvelle ère qui commença pour toi. Ce que tu gardais de ton « ancienne vie » furent tes attraits pour tes passions, la boxe, le skate et la danse. Tu avais commencé la boxe à la demande de ton père, pour te protéger, te rassurer même, les rassurer eux. La danse, c’était une idée de ta mère, pour souligner la grâce, la finesse qu’elle t’avait transmise. Et puis le skate, c’était toi, et seulement toi. La gentille petite rebelle qui roule sur sa planche pour se créer sa propre liberté.

Fuis ta vie.

Tout à dégénéré à mesure que la maladie avançait. Ton attitude se dégradait à mesure que la santé de ta mère faisait de même. Tes relations avec tes parents chutaient. Tu refusais, têtue et bornée, que la vie s’en prenne ainsi à ta mère. Et sans vraiment le vouloir, sans vraiment maîtriser ce que tu devenais, tes relations avec ta mère se dégradèrent quand même. Tu commençais à traîner plus tard dans les rues. Tu découvris la drogue, la cigarette, l’alcool. Il était rare de te voir une journée entière en cours, voir même rare de voir tout simplement tes résultats.

Oui, tu as fuis ta vie. Finis la petite adolescente modèle. Tu n’étais pas sensée être touchée ainsi par la maladie de ta mère. Elle ne l’a jamais voulu. Mais tu ne lui as pas laissé le choix. Tu as plongé dans la douleur alors qu’elle plongeait peu à peu dans son cancer.
Finis la gentille ado, bonjour à la véritable rebelle que tu es devenue. Tu as troqué ta danse élégante pour la danse de rue, la provocation. Tes cours de boxe, à la base pris pour t’apprendre à te défendre, n’étaient plus qu’un défouloir pour ta haine. Seul ton skate restait le même pour toi. Tu roulais toujours avec. Mais sans avoir la même paix, la même aisance. Ton attitude était droite, cassante, désagréable à voir.

« Ta mère est une fleur rare que t'abreuve par ton amour,
L'en priver c'est la tuer donc n'abrège pas son compte à rebours. »

Tu as en quelque sorte quitté leur vie. Tu ne rentrais presque plus chez toi. Tes parents avaient plus de chance de te croiser dans la rue que dans les couloirs de leur maison. Tu fuyais inconsciemment ta mère, ayant peur de voir les ravages de la maladie sur son visage. Ton père se mit à te détester pour ça. Ta mère eut du mal à le supporter. Mais ce fut elle qui fit le plus grand effort, ne te reprochant jamais rien alors qu’il y avait tant à redire sur ta conduite. Malgré ta métamorphose, les tatouages qui ornaient désormais ton corps, et ton look changeant, tu restais sa fille, l’unique et la chérie. Si seulement tu avais pu accepter, et lui montrer l’amour qui brûlait encore en toi malgré ta colère permanente.

« Dis-lui que tu l'aimes que tu regrettes ta manière d'être conflictuelle,
Elle a du mal à s'évader car tes grands frères ont pris du ferme. »

Tu n’as pas pris garde à la peur qui s’installait en elle, se frayant une place auprès de sa maladie. Tu continuais tes virées avec ta bande, sans voir l’inquiétude dans ses yeux lorsque l’un de tes « grands frères » se faisait arrêter. Vous trouviez ça presque cool. Après tout, vous étiez la « liberté ». Jusqu’à ce que cela ne tombe sur toi. Violent coup dans ta fierté. Tu n’étais pas si incapturable que ça, et il fallait maintenant assumer tes diverses conneries.

« Je suis sûr qu'elle aimerait juste entendre un « Maman je t'aime »,
À la place des cris du daron qui menace de te jeter. »

Tu n’étais pas encore majeure. Tes parents sont venus te chercher. Même ta mère était là. Heureusement qu’elle était là. Ton père t’a incendié, ne faisant qu’aggraver ton humeur et ta réticence à leur parler. Tu le provoquais du regard, soutenant le sien avec arrogance. Tu bouillais intérieurement, en colère contre le monde entier sans vraiment de raison. Ta mère te regardait te révolter ainsi sans rien dire. Et tu n’y faisais quasiment pas attention.

« Je suis sûr qu'elle craque au bout d'une semaine passée sans toi
Et que ton absence lui ferait plus mal qu'une chute du haut de son toit. »

La sentence est tombée. Ton père a décidé de t’éloigner pour que ta mère puisse se reposer. Tu as du aller vivre chez ta tante pendant plusieurs semaines. Tu ne le voulais pas. Ta mère n’avait plus la force de s’y opposer. Tu as protesté quelques temps, puis tu t’es calmée. Tu vivais maintenant avec ta tante, qui faisait un effort pour te laisser libre mais sous conditions. Tu sortais avec elle, riait avec elle. Tu as beaucoup parlé avec cette deuxième mère qui était simplement la sœur de la tienne. Vous avez parlé de votre douleur commune, de votre peur concernant ta mère. Vous viviez la même, mais différemment. Elle t’a peu à peu apaisée et changée. Elle t’a ouvert les yeux sur la violence dans laquelle tu t’étais enfermée. Tu as pleuré en découvrant la vérité, en te rendant compte d’à quel point tu avais sûrement fait souffrir ta mère.
Tu as finis par te calmer. Tu ne tirais pas un trait sur ta vie actuelle, mais voulait juste retrouver une part de celle d’avant. Tu as demandé à ta tante. Et elle t’a renvoyée chez toi sans prévenir ton père.

« Je suis sûr qu'elle aimerait juste que tu la prennes dans tes bras,
Exactement comme elle le faisait durant tes 12 premiers mois. »

Tu es entrée chez toi. Comme si de rien n’étais. Ton père était dans le salon. Tu l’as évité et tu es montée directement dans la chambre de ta mère. Tu es entrée et as laissé tomber son sac. Elle avait changé. Beaucoup changé. Tu t’es approchée, lui jetant un regard qui la fit sourire. Tu ne souriais pas. Tu t’es assise au bord de son lit et tu lui as pris la main avec une douceur nouvelle. Elle t’a appelé comme son « Ange » et tu as éclaté en sanglots en t’allongeant auprès d’elle. Tu l’as serrée dans tes bras, refusant de la lâcher. Tu as marmonné des excuses, la voix éteinte, la gorge nouée. Tu te rendrais enfin compte, tu assumais enfin, l’attitude négligeante que tu avais eu.

« Crois-moi sur paroles on peut remplacer des poumons mais surement pas une daronne.
T'as habité en elle, t'as habité sous son toit,
C'est la seule personne qui prie pour quitter ce monde avant toi. »

Elle t’a parlé. T’a rassurée. Ou du moins l’a tenté. Elle t’a tenu le discours que tu redoutais à entendre. Comme quoi tu étais jeune, que tu avais une vie entière devant toi, et que tu étais quelqu’un de merveilleux. Tu refusais de l’écouter. La suppliant presque. Tu sentais la résignation dans sa voix, et c’est peut-être ce qui te terrifiait le plus.
Ton père débarqua dans la chambre, ayant entendu ta mère te parler. Il tempêta aussitôt, te demandant de sortir, clamant que tu n’avais rien à faire ici avec l’attitude que tu avais osé avoir. Ta colère est aussitôt remonté, aussi vite que tu t’étais levée. Tu t’es approchée de lui, ne craignant absolument pas sa taille supérieure à la tienne. Tu as haussé le ton toi aussi. Tu lui as dis que tu n’étais revenue que pour ta mère, que tu voulais qu’il se casse, qu’il te laisse tranquille. Il t’a répondu que tu n’étais pas le reine du monde, que tu ne pensais toujours qu’à ton propre confort, tes propres idées.

« À par elle personne supporte ton égoïsme permanent
T'es pas le nombril du monde mais t'es celui de ta maman. »

Tu es repartie. Tu as regagné l’endroit où tu t’étais sentie si puissante : la rue. Ta mère t’a appelée, insistant pour que tu rentres. Tu as refusé, mais tu lui as fais la promesse de passer la voir chaque jour. Ce à quoi tu te tenais comme jamais. Dès que ton père quittait la maison, tu allais le remplacer au chevet de ta mère qui dépérissait de jour en jour.

«Simplement te serrer dans mes bras,
Te serrer très fort te dire je t'aime une dernière fois.»

Et puis un soir, alors que tu commençais une soirée chez un pote, ta tante t’a appelé. Tu t’es éloignée du groupe pour lui répondre avec bonne humeur, te demandant ce qu’elle pouvait bien avoir à te dire ou à te demander. Et puis tu t’es figée. Ta mère était partie à l’hôpital, en très mauvaise santé. Et ton père n’avait même pas pris la peine de t’appeler.
Tu as traversé la ville en courant, trébuchant dans ta hâte, te relevant sans cesse grâce à l’énergie du désespoir. On t’a arrêté à l’entrée de l’hôpital, te disant que tu ne pouvais pas entrer, que seuls les proches étaient autorisés à voir ta mère. Tu as explosé de rage, bousculant tout le monde sur ton passage alors que tu te précipitais dans le couloir vers la chambre que ta tante t’avait indiqué. Tu t’es écroulée au pied de son lit en pleurant, la respiration chaotique, tes jambes te faisant atrocement souffrir. Tu lui as une fois de plus serré la main, lui murmurant, lui criant que tu l’aimais, qu’elle était toute ta vie. La seule à t’avoir toujours acceptée comme tu étais, malgré tes différences, ton attirance sexuelle, ton attrait pour la vie de nuit…
Elle t’a répondu dans un souffle. Dans un dernier souffle. Et là tout s’est arrêté pour toi.

« Aujourd'hui Maman n'est plus là,
Je suis tombé de haut mais je pourrais pas tomber plus bas. »

Tu es restée absente pendant une semaine. Une semaine sans que quiconque ne puisse te joindre. Introuvable. Tu n’es réapparue que le jour de son enterrement. Habillée tout en noir, contrastant avec la clarté de tes cheveux blonds, tu te tenais à l’écart, torturant tes doigts. Ta tante s’est approchée pour te prendre dans ses bras. Tu as craqué une fois de plus, lui promettant que désormais, tu ferais tout pour la rendre fière, elle, de là où elle te regarderait. Tu n’as plus jamais adressé la parole à ton père, et ta tante t’a aidée à quitter le continent pour partir au Japon, visant l’une des plus grandes écoles du pays. Tu avais fait une promesse. Et tu la tiendrais.


• Selon vous, quel groupe vous conviendrait le mieux ? :
[ Fuck off ] FOREVER. 8D
• Nom du personnage que vous utiliser pour votre avatar, et d'où il sort: Ye saaais paaaas.

• Code du réglement o/ :

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar• Baka, serait peut-être temps
|| de demander un rang !

Messages : 178
Date d'inscription : 12/04/2010
Camp dans la Bataille : Come back.

Carte de pensionnaires
Orientation Sexuelle : Hétéro mais ...
Pseudo Internet:
Mes Relations :
MessageSujet: Re: I don't like the drugs but the drugs like me. [Haley B. Anderson]   Lun 2 Avr - 20:47

Tu sais un ton très doux et ... Constant.
Lecture qui s'est déroulée comme une musique, sur les mêmes notes et... Enfin.
Néanmoins petr détail : précipitation à la fin. Ça m'a cassée. Fin abrupte.
Mais c'est un détail.

Inutile de préciser que j'ai fortement apprécié !

Inutile de te souhaiter la bienvenue, tu as déjà ta place ici !

Inutile d'utiliser le terme de validation car cela va de soi !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Immortelle Déesse du Yuri.


Messages : 81
Date d'inscription : 29/06/2010
Age : 26
Camp dans la Bataille : Yuriste

Carte de pensionnaires
Orientation Sexuelle : Homosexuel(le) à tendance Seme.
Pseudo Internet:
Mes Relations :
MessageSujet: Re: I don't like the drugs but the drugs like me. [Haley B. Anderson]   Mar 3 Avr - 7:17


Je voulais justement une bonne cassure à la fin, pour montrer un renouveau. Et puis j'suis une mauvaise fille, j'aime pas faire tout comme il faut =P

En tout cas merci ! Je sentais vraiment le besoin de refaire ma fiche vu que j'ai pas mal changé mon perso. ;)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar• Baka, serait peut-être temps
|| de demander un rang !

Messages : 178
Date d'inscription : 12/04/2010
Camp dans la Bataille : Come back.

Carte de pensionnaires
Orientation Sexuelle : Hétéro mais ...
Pseudo Internet:
Mes Relations :
MessageSujet: Re: I don't like the drugs but the drugs like me. [Haley B. Anderson]   Mar 3 Avr - 7:19

Ah d'accord ! ._.
Eh bien c'est très réussi !!
Ca m'impressionne d'autant plus alors ! :P

Je peux la transférer c'est OK pour toi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: I don't like the drugs but the drugs like me. [Haley B. Anderson]   

Revenir en haut Aller en bas
 

I don't like the drugs but the drugs like me. [Haley B. Anderson]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Pension Kohime ❤ - Bienvenue !-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forumactif.com