T'as besoin d'un logement pour tes études ou ton travail ? Tu t'es fait virer de chez toi ? T'as juste envie de changer d'air et de te relaxer ? Kohime Pension °w° ! Dans le même genre que la Pension Hinata, on t'attend !
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Concert de cigales en sol mineur.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar &&. News' Crazy
||Bienvenue à Kohime

Messages : 6
Date d'inscription : 18/04/2012
Camp dans la Bataille : Yuriste

Carte de pensionnaires
Orientation Sexuelle : Bisexuel(le) - Filles et Garçons.
Pseudo Internet: YunYun
Mes Relations :
MessageSujet: Concert de cigales en sol mineur.   Ven 20 Avr - 15:42



Si tu...

« Attrape une étoile filante,
Fais qu’une mandragore enfante,
Dis-moi où sont les ans passés,
Qui du diable a fendu le pied,
M’enseigne à ouïr les sirènes,
Parer les brûlures de la haine,
M’apprend
Quel vent
Pousse un cœur honnête en avant. »





*Si j'étais quelque chose d'amusant, je pense que je serais une grenouille. Ou une pie.*

Derrière, des lycéennes s'amusent à s'échanger la photo de la dernière idol du moment. Bousculades à la sortie du tram. Pour moi, ce sera le terminus.
Fourmillements dans les jambes, on cherche vaguement de quoi tailler la mine de son crayon.

-Je savais bien que j'avais oublié quelque chose...mes chers porte-mines. Dudule, Crayomino, Vent Arrière...merde.
La remarque fait sourciller mon voisin de droite.
Clin d'oil entendu.

-Ne vous en faites pas, mon chat ne les a pas mangé il est vierge ascendant taureau, ce n'est pas son genre.
Le vieux me regarde, un délectable air d'incompréhension flotte au milieu de sa bouille flasque. Il finit par hausser des épaules et descend à l'arrêt suivant.
Je ne retrouve pas mon taille crayon.


Dernier arrêt, une heure de marche à peine.
Le bruit des cigales japonaises m'étonnera toujours. On dirait qu'elles crient au nom de toute l'espèce, assourdissantes. Comme il fait chaud j'en profite pour recopier quelques notes à l'encre qui sèche immédiatement. Je me demande si je n'aurais pas du prendre davantage de nouilles instantanées.
Le gravier crisse sous mes pieds. Plusieurs fois je manque de me ramasser avec mes talons ridiculement hauts.

Puis le bus.
J'aime bien le bus. Celui-ci est tristement vide. Pas de buée sur les vitres, pas de papiers sales au sol. Nous ne sommes que deux, moi et un autre petit vieux.

-Vous aimez les grenouilles ?
Il ne me remarque pas, il a l'oeil vitreux. Je m'assois juste à côté de lui. Ce ne sont pourtant pas les places qui manquent dans ce bus vide comme mes poches.
-Et les pies, ça vous dit quelque chose les pies ? Vous savez, les pies sont des animaux très intelligents. D'ailleurs, si le folklore a tendance à la caractériser de voleuses, le vrai nom de la pie commune est "pie bavarde" ou "pica pica". Vous le saviez ça ? Pica pica, c'est amusant non ?
Le vieux s'est endormi.
Je fais des allers et retour dans l'allée principale, tanguant au gré des virages serrés.

-Pica, Pica, Pica !
Le bus s'arrête. Mu d'une force nouvelle mon petit bout ratatiné de grand-père bondit de son siège comme un diable de sa boîte et descend par la porte du milieu.
-Allons bon.
Je prends une petite photo de lui de dos tandis que le bus repart.

Il fait vraiment chaud. Il ne faisait pas si chaud à Hanghzhou.
Mes allers et retours ont commencé à me donner le tournis. Je m'installe sur le siège juste derrière le chauffeur.

-Je n'ai jamais demandé à être là, mais ça peut être amusant après tout vous ne pensez pas ?
Le type, casquette bien en place sur les oreilles me fait un v de la victoire en souriant. Je ne sais pas s'il a compris mon japonais encore approximatif.
-Fait chaud hein ?
-Terminus, tout le monde descend.
-Vous voulez bien me signer ce bout de papier en souvenir ? J'voudrais prendre une photo de votre bus aussi si ça vous dérange pas.

Il semble un instant analyser ma feuille avant de gribouiller un nom illisible dessus en petits kanji compliqués et serrés.
-Bon ben, merci bien chef !
Je sors mais pas le temps de changer la batterie de mon appareil photo : le serpent de métal vide a déjà disparu de mon champs de vision.

-Petite princesse, où es-tu ?~~
Le hall d'entrée semble désert. Je me fourre assise dans un coin, les jambes gigotant tels deux spaghetti géants.
-Petite princesse, une grenouille qui fait pica pica ça te dit ?
Je sors de mon sac mon carnet de note, jette sur le papier quelques premières impressions et croquis des lieux.

"Cher lecteur."

Mon lecteur, ma raison d'être. Et mon ventre qui gargouille.

"Cher lecteur, je donnerais n'importe quoi pour un pain à la viande."

Les cigales s'en moquent et poursuivent leur concert de cordes frottées en sol mineur.

Si tu...

«Si tu es né pour l'impossible
Pour voir des choses invisibles
En dix mille journées le temps
Fera neiger tes cheveux blancs
-référence perdue-»

Et je n'ai toujours pas retrouvé mon porte mine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://touhou-france.forumactif.com/
 

Concert de cigales en sol mineur.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Pension Kohime ❤ - Bienvenue !-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit | Forums RPG | Pensionnat