T'as besoin d'un logement pour tes études ou ton travail ? Tu t'es fait virer de chez toi ? T'as juste envie de changer d'air et de te relaxer ? Kohime Pension °w° ! Dans le même genre que la Pension Hinata, on t'attend !
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 « Don't walk around my smoke. » ▬ PV Kazuhiro Mizukami ;

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar &&. News' Crazy
||Bienvenue à Kohime

Messages : 6
Date d'inscription : 17/07/2012
Age : 24
Camp dans la Bataille : Just sex. That's it.

Carte de pensionnaires
Orientation Sexuelle : Hétéro convaincu(e).
Pseudo Internet: J'aime pas le net.
Mes Relations :
MessageSujet: « Don't walk around my smoke. » ▬ PV Kazuhiro Mizukami ;   Mer 25 Juil - 21:47

❝ There is nothing more misleading than a smile… ❞


Les quelques notes d'une mélodie peuvent rappeler des souvenirs. Trop de souvenirs. Trop de mauvais souvenirs. Et pourtant, rien ne nous empêche de la fredonner les yeux fermés, se laissant transporter le temps de lentes minutes... Elle arrive à nous donner la chaire de poule, nous faire ressentir une étrange caresse, comme des retrouvailles imaginaires. Qui nous déchirent le cœur...

Jetant un coup d’œil à son téléphone portable, l'Italienne vagabondait dans les rues de la ville sans grand but précis. Cela faisait des années qu'elle était au Japon, et, elle n'avait jamais trouvé grand intérêt à ce pays. Un jour, elle retournerait en Italie : c'était une promesse. En attendant, elle avait certains trucs à acheter. Accélérant alors le pas, elle se dirigea vers un bureau de tabac, histoire de refaire le plein de cigarettes. Ou tout du moins, de faire l'acquisition d'un paquet tout neuf. Un billet de quelques Yens glissé sur le comptoir, et voilà que la belle partait avec une petite boîte marron. Des cigarettes à la cerise. Il y avait au moins un bon point dans ce pays pourri, on ne pouvait les trouver qu'ici. Miyoshi rangea le paquet dans sa poche arrière, avant de continuer sa marche vers une autre rue. Elle avait faim, trop faim. Après tout, il était déjà trois heures de l'après-midi, et... Il fallait avouer qu'elle retardait son arrivée à la Pension le plus possible.

Un fast-food. Un sandwich, et ce serait amplement suffisant. Elle n'avait pas tant d'appétit que ça, finalement... Sans doute parce qu'elle était énervée de devoir se rendre dans un endroit qui ne lui disait rien du tout. La faute à quoi ? De l'argent. Son petit boulot de serveuse n'était pas assez satisfaisant pour qu'elle puisse se permettre de s'offrir le moindre petit studio. Ce qui avait le don de lui taper sur les nerfs, d'ailleurs. Et puis, à quoi allaient bien lui servir les études, alors qu'elle ne se rendait quasiment jamais en cours ? Encore une question qui lui fit secouer la tête, tandis qu'elle croquait lentement dans sa nourriture américaine. Quoi qu'il arrive, il faudrait bien qu'elle y aille, dans cet endroit. Mais, le plus tard serait le mieux. Bien qu'en vérité, l'étudiante ne savait plus vraiment quoi faire pour s'occuper...

... Jusqu'à ce qu'elle tombe nez à nez devant une bijouterie. Elle aimait faire graver une lettre sur la plupart des choses qu'elle possédait. Le couteau attaché à sa cuisse était orné du premier caractère de l'alphabet, d'une sublime calligraphie. Un « A »... Ce qu'elle ne possédait pas, là, c'était un pendentif avec cette lettre. Rapidement donc, elle était ressortie avec une fine chaîne argentée, qui tenait un tout petit bout de celui pour qui elle aurait donné sa vie. Son frère lui manquait tellement... Et dire que c'était dans ce quartier qu'il avait perdu son existence. Serrant les dents, la jeune femme se remit à marcher en direction de la Pension. Il fallait vite qu'elle change d'endroit, avant de s'emporter malencontreusement contre n'importe qui. Elle attrapa sa capuche rapidement pour cacher son visage, et se mit en route. Son jean blanc suivait l'intégralité de ses mouvements, tant il était moulant. Son pull noir un peu trop grand, lui, se balançait plus librement, en fonction de son rythme. Droite, gauche, tout droit. Elle empruntait toutes les rues possibles et imaginables pour rallonger le temps. Déjà quatre heures. C'était bien trop tôt, mais, tant pis... Miyoshi n'aurait pas forcément besoin d'aller se présenter à l’accueil de suite. Non, elle en profiterait plutôt pour découvrir la Pension. C'était là le plus important : trouver des endroits où flâner au loin de la population.

La demoiselle avait donc franchi le grand portail avec dégoût, tout en tournant la tête de chaque côté pour découvrir les lieux. Ça n'avait pas l'air trop mal, au final. Le décor était idyllique. Le paysage digne des plus belles cartes postales. Le chemin bétonné menait à plusieurs directions. En face se trouvait la Pension, un grand bâtiment. Comme toutes les Pensions. Sur les côtés, d'autres bâtisses, des arbres, et de multiples choses qu'elle découvrirait plus tard. Pour le moment, elle prenait le chemin de gauche, qui avait l'air de déboucher sur un jardin magnifique. Des cerisiers en fleurs bordait ce dernier, et quelques animaux avaient élu domicile sur ces arbres. Esquissant un petit sourire, elle changea de texture pour se retrouver enfin dans l'herbe. Sol bien plus confortable, il fallait le dire. Regardant aux alentours, la jeune femme ne remarqua aucune personne, ce qui était donc parfait. Elle pourrait tranquillement profiter de ses instants de solitudes qu'elle aimait tant.

Au détour d'un mouvement, elle attrapa une cigarette, la glissa entre ses lèvres, et l'alluma calmement. Entre temps, elle s'était assise contre un arbre, et avait retiré sa capuche. Bien, elle serait au moins seule le temps de finir son plaisir passager... Fermant les yeux, elle profitait des faibles rayons du soleil qui s’écrasaient sur sa peau pâle. Laissant un sourire se peindre sur son visage, alors qu'elle soufflait de côté pour que la fumée s'échappe. Ses doigts faisaient lentement tourner son couteau, dans un petit bruit métallique délicieux pour ses oreilles. En revanche... Un autre bruit venu d'ailleurs lui fit entrouvrir un oeil. Elle allait garder son attention sur l'extérieur, même si elle ne voyait rien. Son sens de la détection était infaillible, alors, ce n'était pas un vulgaire inconnu qui allait venir troubler son moment de détente. Certainement pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar &&. News' Crazy
||Bienvenue à Kohime

Messages : 6
Date d'inscription : 30/12/2011
Age : 28
Camp dans la Bataille : Hétéro

Carte de pensionnaires
Orientation Sexuelle : Hétéro convaincu(e).
Pseudo Internet: Kael
Mes Relations :
MessageSujet: Re: « Don't walk around my smoke. » ▬ PV Kazuhiro Mizukami ;   Dim 12 Aoû - 23:37



Encore une autre « journée » passée à travailler sans relâche. Même si les grandes vacances étaient enfin arrivées, elles ne ressemblaient en rien à une partie de plaisir pour Kazuhiro. En effet, cet été serait déterminant pour son avenir car il avait atteint l’âge de la majorité depuis quelques mois et allait enfin être évalué par son grand-père afin de décider si, oui ou non, il serait digne d’hériter de la fortune ainsi que de la tâche d’instructeur qui incombe à tous les Mizukami ayant dirigé la famille depuis des dizaines de générations. Lui qui était arrivé au « sommet » en venant de nulle part n’en revenait toujours pas. Et pourtant, il avait travaillé plus que quiconque, s’était également entraîné et battu plus que n’importe quel autre élève de l’école d’arts martiaux qu’il avait intégré. Seul « héritier » prétendant sachant que son père adoptif avait décidé de refuser cette tâche étant donné son âge ainsi que sa profession et sa renommée déjà acquis dans le domaine de la psychologie. Il avait donc toujours été élevé dans l’optique de faire un jour partie des grandes puissances économiques et par conséquent, politiques, de ce pays.

Kazuhiro s’était levé aux aurores afin de se rendre au domaine et de l’entretenir avant de dispenser les cours de la matinée. Exceptionnellement, il avait obtenu une demi-journée de congé étant donné que beaucoup de ses élèves étaient partis en vacances, en stage ou en camp d’entraînement. Fort peu de « clubs » restaient ouverts durant les grandes vacances et il n’était par conséquent pas étonnant que les parents aient pris d’autres dispositions pour meubler le temps libre de leurs enfants et que les groupes d’adultes auxquels il enseignait parfois aient d’autres choses à faire de leur temps. Malgré tout, il était resté jusqu’à plus de quinze heures au dojo pour s’entraîner, profitant ensuite d’un bain glacé et revigorant dans une source environnante. A bien y penser, avoir du « temps libre » était quelque chose d’assez inhabituel pour lui qui n’avait jamais vécu seul et avait toujours été sollicité pour diverses tâches par le passé. Par conséquent, trouver quelque chose à faire s’était avéré être une tâche plus compliquée qu’il n’y paraissait. C’est donc sans grand but qu’il avait décidé de quitter et de sceller le domaine pour le reste de la journée pour ensuite se diriger vers le jardin afin de s’y reposer dans un arbre…

Malgré ses difficultés à supporter la chaleur battante ainsi que le soleil brûlant, il n’avait une fois de plus pas prêté attention à ces « détails » lorsqu’il avait traversé le bois menant à la pension, fermant les yeux en parcourant ce chemin familier de mémoire, évitant chaque arbre, chaque racine en maintenant une concentration permanente ainsi qu’une image du chemin dans son esprit. Cependant, un de ces sens restait plus éveillé et actif que tous les autres réunis pendant cet « exercice », son ouïe. Aucun son inhabituel ne pourrait lui échapper et en cas de besoin, il serait rapidement prêt à agir quelque que soit le cas de figure… Mais comme toujours, le chemin fût paisible et apaisant et tout se déroula sans le moindre problème. Une fois arrivé à la route, Kazuhiro décida tout naturellement de revenir jusqu’à la pension en trottinant paisiblement histoire de ne pas se laisser cuire trop longtemps au soleil et risquer l’insolation.

La délivrance se profilait enfin à l’horizon et aux environs de 15h30, il atteignit finalement le jardin ainsi que « son » cerisier habituel. N’ayant finalement rien trouvé de mieux à faire par cette chaleur que de paresser un peu à l’ombre d’un grand un arbre. Ou, plus précisément, « dans » un grand arbre. Après avoir vérifié quelques instants que personne ne l'observait et qu’il ne risquait pas d’être embêté par les personnes chargées de surveiller le parc, il s’était rapidement hissé à un peu plus de quatre mètres de hauteur avant de se caler entre deux branches et de « somnoler ». Si il y avait bien une chose qu’il avait apprise par le passé, c’était à dissimuler sa présence quand il se trouvait dans des lieux « interdits ». Et même si cela pouvait sembler « surréaliste » ou impossible aux yeux de la plupart des êtres humains, c’était néanmoins tout à fait faisable et avec de la pratique et cela pouvait devenir un automatisme lors des moments de repos ou de « haute-tension ». C’est donc tout naturellement qu’il avait « effacé » toute trace de sa présence en faisant le vide en lui et en s’évadant tandis qu’il s’était assoupi bien calé entre deux branches sans risquer d’être embêté ou du moins, remarqué.

Néanmoins, un peu après seize heures, des bruits de pas vinrent peu à peu troubler son confort, ce fût ensuite un son de flamme puis d’aspiration, vraisemblablement sur une cigarette ou quelque chose du style. Impossible de ne pas sentir qu’une personne se trouvait quelques mètres en dessous de lui mais il décida de ne pas y prêter grande attention jusqu’à ce qu’il entrouvre finalement les yeux. Dissimulé aussi bien par le feuillage que par sa présence « effacée », il pouvait voir sans être vu. Et ce qu’il venait de voir avait attisé sa curiosité. Une magnifique jeune femme, plutôt grande avec une peau très claire et des traits vraisemblablement Européens. Cependant, ce n’était pas sa beauté qui retint l’attention de Kazuhiro mais bien ce qu’elle dégageait. Elle avait une présence impossible à manquer, une aura puissante et intense. Ce dernier détail poussa Kazuhiro à faire un petit « test » et il décida de saisir très délicatement une petite branche morte qui avait visiblement interrompu sa chute il y à quelques temps sur une branche proche, le tout afin de ne pas faire de bruit. Il la lança ensuite délicatement à quelques mètres derrière eux, visant entre les branches afin qu’elle ne distingue pas le mouvement.

Et il ne fût pas déçu de la réaction obtenue, bien au contraire, elle dépassa toutes ses attentes. Le bruit avait été amorti par les herbes, il n’était que très léger et pourtant la jeune inconnue avait immédiatement réagi et renforcé son attention. Elle était sur ses gardes et le couteau avec lequel elle jouait pouvait être une source potentielle de danger en cas de mauvaise surprise, il fallait donc éviter toute confrontation inutile et involontaire ou il risquerait d’être blessé, même si il était préparé à ce genre de situation. Une seule solution s’offrait à présent à lui pour ne pas se mettre dans une situation inconfortable étant donné que la jeune femme ne semblait pas vouloir bouger de si tôt et que Kazuhiro n’aimait pas avoir de la compagnie lorsqu’il se trouvait dans cet arbre.

C’est donc le plus naturellement du monde qu’il lâcha un bâillement maîtrisé et discret avant de soupirer en se frottant les yeux, ne cachant maintenant absolument plus sa présence et se montrant plus « bruyant » que jamais. Lentement, après s’être un peu étiré étant donné la position peu confortable qu’il venait d'occuper dans les branches, il laissa son regard se poser innocemment sur la jeune inconnue qui ne pouvait avoir manqué ce bruit, elle qui avait réagi à un infime son venant d’une petite branche lancée à plusieurs mètres de là. Lorsqu’il pût enfin apercevoir ses pupilles d'un jaune éclat, il sût qu’il avait capté son attention et c’est donc le plus naturellement du possible qu’il lui adressa un signe de la main en souriant comme si de rien n’était.

-"Bonjour, mademoiselle."

Dit-il d’une voix douce et calme, dénuée d’hostilité ou d’agacement tant sa curiosité avait été « titillée » par les sens aiguisés de la jeune fille ainsi que ses réflexes. C’est donc tout en souplesse et en douceur qu’il resta posté sur sa branche en attendant une quelconque réaction de la part de l’inconnue. Cependant, étant donné l’air qu’elle arborait ainsi que la dureté de son visage qui semblait peu engageant sur le moment présent, il ne s’attendait pas forcément à avoir une discussion fort développée ou « chaleureuse » dès le premier contact, loin de là. Seul l’avenir le lui dirait.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

« Don't walk around my smoke. » ▬ PV Kazuhiro Mizukami ;

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Pension Kohime ❤ - Bienvenue !-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit